Déclarations du porte-parole sur le Mali, Rio et la Syrie

Entretiens de M. Laurent Fabius avec M. Dioncounda Traoré, président intérimaire de la République du Mali, et avec M. Cheick Modibo Diarra, Premier ministre par intérim de la République du Mali (14 et 15 juin 2012)

Le ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, vient de rencontrer le président intérimaire de la République du Mali, M. Dioncounda Traoré.

Ils se sont entretenus de la situation au Mali, notamment des moyens de stabiliser et de sécuriser la transition à Bamako ainsi que de la situation qui prévaut au Nord du pays.

Les efforts de la CEDEAO, la mobilisation de l’Union africaine, en particulier la saisine par celle-ci du Conseil de Sécurité des Nations unies, pour aider le Mali à surmonter la crise, ont été discutés.

Alors que l’aide bilatérale de la France comme celle de l’Union européenne ont été suspendues suite au coup d’Etat du 22 mars dernier, le ministre a soulevé la question des conditions et des modalités d’une reprise future de l’aide internationale.

M. Fabius recevra demain le Premier ministre par intérim de la République du Mali, M. Cheick Modibo Diarra.

Rio+20 - Le prix WWF décerné à la France

La France recevra aujourd’hui, à Rio de Janeiro, le prix WWF "Leaders for a living planet". Ce prix récompense l’engagement de notre pays pour la promotion de la convention des Nations unies de 1997 sur les eaux transfrontalières. Cet accord de portée universelle préconise une coopération régionale renforcée pour la gestion des fleuves internationaux et le respect des principes d’utilisation rationnelle et équitable de l’eau. Il s’inscrit dans une diplomatie préventive, facteur de paix et de stabilité.

La France a adhéré à cette convention en février 2011, et déployé depuis sa diplomatie pour convaincre d’autres pays à faire de même. La mobilisation à l’occasion du 6ème Forum mondial de l’eau de Marseille (mars 2012) a contribué à la dynamique actuelle. De nombreux partenaires ont adhéré récemment à cette convention ou s’apprêtent à le faire et l’objectif de réunir 35 Etats parties pour que la convention entre en vigueur devrait être atteint en 2013.

Syrie

Q - La France a-t-elle entrepris des démarches au Conseil de sécurité à la suite de la proposition de Laurent Fabius visant à placer le plan Annan pour la Syrie sous chapitre 7 ? Une réunion du Conseil de sécurité est-elle prévue sur le sujet et quand ?

R - M. Laurent Fabius s’est exprimé clairement hier. Il faut franchir une nouvelle étape au Conseil de Sécurité. .

Les réunions du 7 juin à l’ONU avec l’Envoyé spécial conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe sur la Syrie, M. Kofi Annan, ont montré la nécessité pour le Conseil de sécurité d’accroître la pression internationale sur les autorités syriennes afin que celles-ci respectent leurs engagements au titre du plan Annan. Telle est la responsabilité du Conseil de sécurité et de chacun de ses membres.

Nous consultons nos partenaires et étudions avec eux la réponse à l’urgence de la situation dramatique qui prévaut sur le terrain. C’est pourquoi nous proposons de rendre obligatoires, sous peine de sanctions très fortes, les dispositions du plan de Kofi Annan.

La Syrie est à l’ordre du jour des travaux du Conseil de sécurité, qui se réunira très prochainement pour des consultations sur la mise en oeuvre de la résolution 2043.

publié le 17/03/2014

haut de la page