Signature de l’accord définissant les activités du RME [ar]

Signature de l’accord définissant les activités du Réseau Mixte algéro-français des Ecoles d’ingénieur et de commerce (RME)

Le mardi 6 octobre 2015, l’Ambassade de France en Algérie et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique algérien ont signé l’accord définissant les activités du Réseau Mixte des Ecoles (RME) pour l’année 2015 sur la base de la convention-cadre qui a créé le RME en janvier 2014. Cet accord intervient pour formaliser les nombreuses activités qui ont déjà été menées et programmées conjointement tout au long de l’année. La répartition des financements de ces activités a été établie sur une base paritaire.

Le RME compte parmi ses membres 16 écoles nationales supérieures algériennes, 15 écoles préparatoires algériennes et 7 écoles françaises d’ingénieurs. Il a pour objectif principal la professionnalisation des écoles nationales supérieures algériennes grâce à la mise en réseau avec des écoles d’ingénieur françaises sur la base de 9 axes d’orientation :

  • La formation de formateurs et de personnels administratifs en lien avec la professionnalisation des formations des écoles ;
  • L’ouverture et la pérennisation de la Filière Ingénieur Entreprendre (FIE) dans les écoles en vue de la formation à la création d’entreprise ;
  • L’équipement en plateformes technologiques pour la formation pratique initiale et continue et pour le développement d’activités d’études, de recherche et de développement ;
  • La création de filiales par les écoles pour valoriser les activités des écoles (formation continue, gestion et mise en valeur des plateformes technologiques, prestations en Recherche et Développement, transfert technologique) ;
  • La systématisation et la formalisation de la pratique du stage long en entreprise et le renforcement du service des stages dans les écoles ;
  • Le développement de nouvelles formations en lien avec l’entreprise via la formation d’ingénieurs en alternance ;
  • L’introduction de référentiels de compétences dans les diplômes des écoles et la conception de cursus professionnalisants ;
  • La transformation des écoles préparatoires en écoles nationales supérieures ;
  • La capitalisation et la généralisation des bonnes pratiques par essaimage.

A partir de ces orientations, trois moyens d’action ont été définis : les mobilités étudiantes en France, les formations en Algérie et les formations en France des formateurs.

Des bourses d’études au niveau Master ont été mises en place pour que les étudiants algériens puissent se perfectionner en France et effectuer des stages en laboratoire ou en entreprise. En 2015, seize boursiers ont été sélectionnés pour des mobilités de 2 à 9 mois. Parmi eux, deux étudiants obtiendront à la fin de l’année universitaire, en complément de leur diplôme algérien, un diplôme d’ingénieur français en informatique.

Des séminaires sont organisés dans les écoles algériennes afin d’essaimer des méthodes d’enseignement et d’apprentissage adaptées en vue de la professionnalisation des étudiants et afin de soutenir des projets innovants dans le cadre d’un rapprochement entre écoles et entreprises. Cinq séminaires ont déjà été organisés cette année. Les 11 et 12 mai derniers, quatre experts français ont animé une conférence internationale sur les interactions aquaculture – environnement – économie, inaugurée par le Ministre algérien de la Pêche, à l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de la Mer et de l’Aménagement du Littoral (ENSSMAL). Dix-huit autres séminaires et ateliers auront lieu d’ici la fin de l’année.

Des formations destinées aux formateurs et aux techniciens des écoles algériennes sont également dispensées dans les écoles françaises membres du réseau. Neuf formations ont été programmées en 2015 dans des domaines ciblés et variés, tels que la mise en place de plateformes technologiques ou le développement de la « Filière Ingénieur Entreprendre » pour l’accompagnement des projets de création d’entreprise des étudiants des écoles nationales supérieures algériennes.

Fin novembre 2015, la partie algérienne et la partie française se réuniront à nouveau pour dresser le bilan des activités du réseau et définir les perspectives d’action en 2016.

publié le 22/10/2015

haut de la page