Séminaire de lancement du jumelage institutionnel Algérie-France-Italie [ar]

Séminaire de lancement du jumelage institutionnel
Algérie - France - Italie
Mardi 12 juillet 2016, Résidence des magistrats (Alger)

JPEG

Dans le cadre du programme d’appui à la mise en œuvre de l’accord d’association Union européenne – Algérie (Programme P3A), la France, à travers l’opérateur Justice Coopération Internationale et en coopération avec l’Italie, a été retenue pour mener à bien un projet de jumelage institutionnel à dimension européenne.

Ce nouveau jumelage vise à soutenir le renforcement de l’administration pénitentiaire en accord avec les normes internationales, en vue de l’amélioration des conditions de détention et de réinsertion des détenus. Le projet, qui se déroulera du mois de mai 2016 au mois de novembre 2018, bénéficie d’un budget de 2 millions d’euros et portera sur trois actions principales : l’amélioration du système de gestion globale de l’administration pénitentiaire, le renforcement de la prise en charge en matière de réinsertion et le renforcement de la sécurité des établissements.

JPEG

A l’occasion de la cérémonie de lancement qui s’est tenue le mardi 12 juillet à Alger en présence de représentants des trois pays partenaires, l’ambassadeur de France en Algérie, M. Bernard Emié, a souligné « l’efficacité de ces échanges d’administration à administration dans la développement de savoir-faire et de connaissances mutuelles ». Il a par ailleurs souligné la densité de la coopération juridique entre Paris et Alger, qui compte pas moins de treize jumelages entre les institutions des trois ordres juridictionnels algériens et français : entre la Cour de cassation et la Cour suprême, entre les Conseil d’Etat, entre les deux Conseils Constitutionnels, entre les deux Cours des comptes ou encore entre les Cours d’appel des deux pays.

L’ensemble de ces projets bilatéraux et multilatéraux contribuent ainsi au « renforcement de l’Etat de droit et d’une justice respectée, crédible et qui inspire la confiance de tous nos citoyens » pour reprendre les termes de l’ambassadeur Bernard Emié.
Les enjeux d’amélioration des conditions de détention et de réinsertion sociale des détenus demeurent en effet des enjeux fondamentaux qui engagent directement l’avenir de nos sociétés.

publié le 14/07/2016

haut de la page