Sauvetage en milieu aquatique

Dans le cadre de la coopération technique franco-algérienne, une formation destinée aux nageurs-sauveteurs de la Direction Générale de la Protection Civile (DGPC) a été organisée avec le soutien logistique de la Wilaya de Béjaïa du 10 au 19 novembre 2014. Montée en commun avec le Médecin Commandant Karim HABI, chargé des missions spécifiques de la DGPC, et le Colonel Pedro RODRIGUEZ, coopérant technique français, elle a permis de former 15 sauveteurs en milieu aquatique, tous issus d’Unités marines différentes.

Pour mener à bien cette formation à la fois exigeante et physique, deux formateurs du SDIS 83 (Service Départemental d’Incendie et de Secours du Var) se sont portés volontaires, les sergents-chefs Didier BONNET et Yann ROZIER.

Le sauvetage en milieu aquatique (qui est à distinguer de la plongée) est une qualification bien particulière destinée aux services de secours qui doivent agir rapidement en surface et souvent dans des conditions difficiles. En effet, avec plus de 1300 km de côtes et des pièces d’eau innombrables dans les terres, la Protection Civile peut s’enorgueillir d’avoir sauvé plus de 38 500 personnes d’une noyade assurée en 2013, mais déplore 140 décédés sur ses plages.

JPEG

Une telle formation réservée aux meilleurs nageurs aura permis de revoir les différentes techniques propres au sauvetage en rivière ainsi qu’en mer sur les côtes. Outre la richesse des échanges techniques et humains de ce type de stage, l’objectif est bien entendu de diminuer le nombre de victimes par noyade, mais aussi d’être encore plus efficace lors des interventions de sauvetage pendant les grandes inondations.

Cette action s’inscrit dans le cadre de la coopération en matière de protection civile, qui a permis à plus de 80 experts ou formateurs de mener à bien depuis deux ans une cinquantaine d’actions de coopération couvrant les missions majeures de la DGPC : interventions sur le métro d’Alger, sur le tramway d’Oran et le téléphérique de Constantine, échanges dans le domaine de la médecine de catastrophe, lutte contre les feux d’hydrocarbures, création ou lancement de plusieurs centres de formation tels qu’un simulateur feux de forêts, un centre de formation à la médecine extra-hospitalière, un centre de formation à la Prévention, un simulateur de gestion de crise, un centre GRIMP (groupe de recherche et d’investigation en milieu périlleux) et un centre de formation aux risques technologiques.

JPEG

publié le 24/11/2014

haut de la page