Rencontres sur le bâtiment : discours de l’ambassadeur André Parant

Palais des Nations, 26 mars 2014

JPEG

SEUL LE PRONONCE FAIT FOI

Monsieur le Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville,
Monsieur le Président de la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française,
Mesdames et Messieurs les chefs d’entreprises algériennes et françaises,
Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi tout d’abord d’exprimer le plaisir que j’éprouve à suis très être présent aujourd’hui à vos côtés à l’ouverture de ces premières Rencontres algéro-françaises sur le bâtiment et le second œuvre, organisées par la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française, en collaboration étroite avec le Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville.

Le nombre élevé de participants à ces Rencontres (45 entreprises venues de France, 250 entreprises algériennes, publiques et privées, ainsi que de nombreux décideurs) témoigne, bien entendu, du succès rencontré par cette première édition, mais il exprime surtout l’intérêt que les entreprises de nos deux pays portent au renforcement de leurs relations dans ce domaine clef pour le développement économique et social de l’Algérie.
Je sais, Monsieur le Ministre – nous avons eu l’occasion d’en parler à plusieurs reprises – que vous avez parfois regretté que les entreprises françaises ne prennent pas une part plus active aux nombreux et importants projets développés par l’Algérie dans le secteur du bâtiment, et notamment du logement.

Eh bien, considérez que l’événement qui nous réunit aujourd’hui, tout comme la présence d’un important pavillon français à l’occasion du salon Batimac, organisé à Oran début mars dernier par Ubifrance, sont autant de réponses à vos appels : nous sommes totalement convaincus, en effet, de la très haute importance que le secteur du logement représente pour le développement de l’Algérie, et c’est pourquoi je remercie très vivement la Chambre de commerce et d’Industrie algéro-française, en la personne de son Président Jean-Marie PINEL, d’avoir organisé ces Rencontres, avec le soutien actif de votre Ministère.

Nous n’ignorons pas en effet les enjeux que représentent les secteurs du bâtiment et du second œuvre pour l’Algérie. En témoignent les vastes programmes de construction de logements qui ont été lancés au cours des quinze dernières années, avec plus de 2,4 millions de logements inscrits au plan d’investissements publics pour la période 2010-2014, objectif réaffirmé dans le cadre du Plan d’action du gouvernement en septembre 2012. Au-delà du logement, le développement des villes nouvelles, les infrastructures sportives ou de santé, l’immobilier de bureaux, la restauration des quartiers, constituent également un vaste champ pour le développement de partenariats entre nos deux pays.

L’Algérie a aussi l’ambition légitime de produire davantage sur son propre territoire, et de relancer une industrie dans le domaine des matériaux et équipements de construction. Je souhaite saluer, à cette occasion, la création par Lafarge à Rouiba, à la fin de l’année dernière, de son laboratoire de développement de nouveaux produits et de solutions dans le domaine de la construction, que M. Callebat vous présentera ce matin.

La France dispose, dans ces secteurs, de compétences reconnues et d’acteurs de talent. Le secteur du bâtiment compte en France près de 350 000 entreprises, qui emploient 1,5 million de personnes, et représentent un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 130 milliards d’euros. Je salue à cette occasion les représentants de la Fédération Française du Bâtiment, qui rassemble ces professions, ainsi que les chefs d’entreprises françaises aujourd’hui présents et qui, par la qualité et la diversité de leurs expertises, sont à même de proposer les savoir-faire, formations, équipements, matériaux et technologies les mieux adaptés aux besoins du marché et des acteurs algériens.

Le programme prévu pour ces Rencontres, que j’ai eu l’occasion de consulter, est de grande qualité et me semble d’excellent augure pour le renforcement de nos liens :

  • Les présentations auxquelles vous allez assister ce matin permettront aux entreprises françaises de disposer d’un panorama complet et précis de l’environnement algérien et des opportunités que peut leur offrir ce marché ;
  • Les ateliers thématiques programmés aujourd’hui et demain permettront aux spécialistes que vous êtes d’échanger sur des thèmes techniques et opérationnels, qui répondent à des préoccupations que je sais être aujourd’hui majeures pour l’Algérie, en particulier la formation aux métiers du bâtiment, la qualité architecturale et la qualité de la construction, ou encore la réhabilitation du vieux bâti.
  • Enfin, les rencontres opérationnelles entre entreprises algériennes et françaises permettront d’identifier, j’en suis convaincu, des collaborations et des partenariats fructueux.

Je souhaite redire ici la volonté, partagée par nos deux pays, de renforcer nos relations économiques et de les inscrire dans une logique partenariale. Nous voulons que nos relations d’affaires s’accompagnent de larges transferts de technologies et de savoir-faire, et de formation professionnelle.

Je rappellerai à ce sujet que l’Algérie et la France ont adopté, à l’occasion de la visite officielle du Président de la République Française, M. François Hollande, en décembre 2012, une « Déclaration pour un partenariat industriel et productif ». Depuis lors et sur cette base, une véritable dynamique partenariale a été engagée entre entreprises de nos deux pays – qu’ils s’agisse de grands groupes ou de PME – , et de nombreuses joint-ventures ont été signées à l’issue du Forum de Partenariat organisé il y a un peu moins d’un an, en mai 2013, par Ubifrance.

Deux « hauts responsables à la coopération industrielle et technologique » -un Français et un Algérien- ont également été nommés et des accords de coopération ont été signés en décembre dernier, à l’occasion de la visite en Algérie du Premier Ministre français, M. Jean Marc Ayrault dans les domaines de la formation professionnelle, des infrastructures qualité ou encore de la normalisation, afin de soutenir et d’accompagner les partenariats franco-algériens.

Cette nouvelle orientation « partenariale » donnée au développement de nos relations économiques a donné lieu à une mobilisation accrue des entreprises françaises sur l’Algérie, comme en témoigne la tenue, cette semaine, de trois autres opérations de rencontres bilatérales entre entreprises algériennes et françaises (sur la sécurité industrielle, les solutions techniques destinées au secteur hôtelier, ou encore les équipements, technologies et services de l’eau), organisées par le bureau Ubifrance d’Alger.

***
Je conclurai en formant le vœu que ces premières Rencontres permettent de mettre à jour de nouvelles opportunités de partenariats et de renforcer encore les collaborations entre nos entreprises.
Je vous souhaite à tous d’excellents et fructueux travaux pour ces deux journées et vous remercie de votre attention.

JPEG

publié le 24/04/2014

haut de la page