Remise de la Légion d’honneur à des anciens combattants [ar]

Cérémonie de remise des insignes de la Légion d’honneur à des anciens combattants
Jeudi 17 décembre 2015, Résidence les Oliviers, Alger

Mesdames, Messieurs,
Chers anciens Combattants,

Nous sommes réunis aujourd’hui dans cette Résidence où le Général de Gaulle séjourna d’août 1943 à août 1944, à la tête du Comité français de Libération nationale dans la ville d’Alger, devenue alors capitale de la France libre.

En ce lieu chargé d’Histoire, nous sommes rassemblés pour traduire notre reconnaissance à six anciens soldats algériens qui combattirent dans l’Armée française pendant la Seconde Guerre mondiale et contribuèrent à la victoire de notre pays, aux côtés des puissances alliées.

JPEG - 4.5 Mo

En effet, fidèles à leur réputation acquise notamment entre 1914 et 1918, les tirailleurs et spahis algériens ont fait preuve d’un courage exceptionnel dans les combats les plus durs et les plus meurtriers du deuxième conflit mondial.

En témoignent, après la Tunisie et la Corse, les sanglantes batailles de la campagne d’Italie au cours desquelles s’illustrèrent la 3éme division d’Infanterie algérienne et le 3ème Régiment de Spahis algériens. Ces soldats durent en effet surmonter de terribles obstacles en raison de la rudesse du terrain et de l’acharnement défensif des troupes allemandes, notamment autour du Monte Cassino, mais aussi du Rapido, de Castel Forte ou du Belvédère. Par leur abnégation et leurs qualités combattantes, ils ouvrirent la route vers Rome, la ville éternelle.

Du courage, il en fallut encore pour libérer le territoire métropolitain après le débarquement de Provence, en août 1944, notamment à Saint-Tropez où certains des vétérans que nous honorons aujourd’hui, posèrent le premier pas sur le sol de France.

Puis s’engagea la marche fulgurante vers le Nord en remontant la vallée du Rhône. La résistance des soldats venus d’Algérie fut alors de nouveau mise à rude épreuve au cours des offensives dans les Vosges et en Alsace pendant le très rigoureux hiver 44-45. Spahis et tirailleurs franchirent ensuite le Rhin et participèrent à l’occupation de l’Allemagne et de l’Autriche, mais ils furent également sur la Côte Atlantique pour briser la poche de Royan, où l’ennemi tentait de résister et ne baissa les armes qu’en avril 1945.

JPEG - 2.1 Mo

Ils furent assurément sur tous les fronts, ces combattants venus d’Afrique du Nord auxquels le Maréchal JUIN rendit hommage en évoquant, je cite : « le souvenir de l’héroïsme le plus pur et de la fraternité qui toujours régna dans les rangs de l’Armée d’Afrique ».
2

Je suis donc très fier d’exprimer aujourd’hui la reconnaissance de la France et ma profonde gratitude à l’égard des 150 000 soldats de l’Armée française originaires d’Algérie dont l’abnégation et les sacrifices rendirent à notre pays son honneur, sa fierté et à l’Europe, sa liberté.

A ces combattants de la liberté, je rappelle que les élèves du Lycée international Alexandre DUMAS d’Alger ont rendu un vibrant hommage en s’engageant dans un ambitieux projet pédagogique qui déboucha sur l’édition, en 2012, d’un ouvrage intitulé « Mémoires d’hommes ».

Je salue Madame la Proviseure de notre Lycée, les élèves et enseignants dont la présence parmi nous symbolise le rôle fondamental que la communauté enseignante et les jeunes générations doivent jouer, afin de contribuer à la transmission de notre riche mémoire historique commune. Une histoire partagée qui constitue le véritable socle de liens indéfectibles, d’échanges permanents et de cette relation bilatérale contemporaine que les deux pays entretiennent et valorisent jour après jour pour faire vivre l’amitié franco-algérienne et construire ensemble un avenir meilleur !

JPEG - 2.3 Mo

Permettez-moi maintenant, de procéder à la remise solennelle des insignes à ceux qui furent les acteurs de cette tranche d’histoire commune que j’ai brièvement rappelée, et dont certains sont malheureusement décédés depuis leur nomination comme Chevalier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur par le président de la République française.

Je vous remercie.

publié le 01/02/2016

haut de la page