Questions à Pierre Labbé, PDG de Sanofi Algérie [ar]

Questions à Pierre Labbé, PDG de Sanofi Algérie

JPEG

Quels bénéfices tirent les Algériens des activités de Sanofi ?

Sanofi Algérie, c’est actuellement une offre très large de produits de santé dans les domaines du diabète, de l’hypertension, de la cardiologie, de l’oncologie, de la thrombose, de la Médecine Générale, ainsi que dans le domaine des vaccins (Sanofi Pasteur) et des maladies rares (Genzyme). 40% du chiffre d’Affaires de Sanofi en Algérie est réalisé dans le domaine des biotechnologies. Ce qui fait de Sanofi le premier partenaire de la PCH (Pharmacie Centrale des Hôpitaux), et d’une façon plus large, le premier partenaire des autorités de Santé en Algérie. Les bénéfices pour les Algériens sont donc de plusieurs ordres :

- Un bénéfice évident en matière de santé publique. Sanofi a ainsi contribué à l’augmentation de l’espérance de vie en Algérie de 48 ans dans les années 60 à 80 ans prévus en 2020 ;
- Un bénéfice dans le domaine économique en termes de création d’emplois et de réduction de la facture des importations ;
- Un bénéfice dans le domaine scientifique, en permettant des transferts de technologie importants et en encourageant la Recherche et le Développement.

Quels sont vos objectifs en Algérie et vos perspectives d’évolution ?

Sanofi confirme son engagement sur le marché algérien par la construction d’une nouvelle usine de production et d’un centre de distribution au sein du pôle pharmaceutique de la ville nouvelle de Sidi Abdellah. Cette usine sera le plus important complexe industriel de production de médicaments de Sanofi en Afrique et au Moyen-Orient.

En conformité avec l’accord délivré par le Conseil national de l’investissement en février 2011, Sanofi s’est engagé à mettre ce site en exploitation avant la fin du mois de janvier 2017. Cet engagement sera tenu.

Pourquoi avez-vous décidé de participer aux journées algéro-françaises de la santé en décembre 2015 ? Qu’en avez-vous retiré ?

En tant qu’entreprise française leader dans le domaine de la santé, il nous a semblé naturel de contribuer activement à ces premières rencontres. Il nous semblait utile de mettre un cadre sur un foisonnement impressionnant de relations individuelles impliquant des centaines, voire des milliers de professionnels d’Algérie et de France qui se connaissent, travaillent ensemble, et s’apprécient depuis tant d’années.

publié le 11/07/2016

haut de la page