Propos du porte-parole sur la Tunisie (8 février 2013) [ar]

Q – Aujourd’hui il y a des manifestations. Y a-t-il des mesures ou des dispositifs mis en place par rapport aux expatriés français ? Pouvez-vous faire un commentaire sur le fait que certains groupes, soit disant islamistes, rejettent l’appel du Premier ministre lui-même pour une reconstitution du gouvernement ?

R – Je voudrais tout d’abord rappeler que le président de la République a condamné l’assassinat de Chokri Belaïd qui est la trahison et la négation des idéaux-mêmes de la révolution tunisienne. Notre ambassadeur à Tunis assistera aux funérailles de M. Belaïd.

Je voulais ajouter que nous présentons nos plus sincères condoléances à la famille et aux proches de M. Lotfi Alzaar qui a été tué hier lors de manifestations à Tunis.

Pour répondre à vos deux questions, concernant les expatriés français, ils sont environ 30.000 en Tunisie, dont les deux tiers sont binationaux et pour l’essentiel installés à Tunis ou dans les environs. La consigne que nous avons fait passer est une consigne de prudence et de vigilance car lorsqu’il y a de grandes manifestations, il faut éviter de s’exposer inutilement. Par précaution, nous avons fermé les établissements dépendant de l’AEFE, aujourd’hui et demain.

Q – Est-ce une mesure sécuritaire ou une mesure politique pour la France ?

R – Ce n’est en rien une mesure politique. C’est une simple précaution, une simple mesure de prudence, comme je le disais, pour éviter que les enfants ne se trouvent pris dans des manifestations, sur le trajet de l’école par exemple.

Q – Que pensez-vous du remaniement du gouvernement et des Islamistes qui rejettent cette décision en Tunisie ?

R – C’est une question de politique intérieure tunisienne. La France n’a pas à s’en mêler. Sur les principes, nous rappelons la nécessité de la mise en place rapide d’un calendrier politique qui permette l’adoption d’une Constitution et la tenue d’élections législatives permettant la pleine mise en œuvre des aspirations et des idéaux que portait la révolution tunisienne.

publié le 17/03/2014

haut de la page