Ouverture du séminaire franco-algérien sur l’hôtellerie et l’ingénierie touristique [ar]

Discours de M. Bernard Emié, Ambassadeur de France en Algérie
Mardi 16 décembre 2014

Madame la Ministre, chère Madame ZERHOUNI
Mesdames et Messieurs les directeurs du ministère du tourisme,
Mesdames et messieurs les représentants des professionnels du tourisme,
Chers amis,

C’est pour moi un très grand honneur que d’être présent aujourd’hui pour l’ouverture de ce séminaire franco-algérien dans les secteurs de l’hôtellerie et de l’ingénierie touristique. Car le tourisme aujourd’hui est une priorité de notre coopération bilatérale.
Les deux Premiers ministres français et algérien, réunis le 4 décembre à Paris, ont souligné leur volonté de hisser le partenariat économique et industriel entre la France et l’Algérie au niveau d’excellence de leurs relations politiques.

C’était le message qui avait d’ailleurs déjà été passé en votre présence, Madame la Ministre, à Oran le 10 novembre à l’occasion du comité mixte économique franco-algérien, au cours duquel vous avez exposé vos priorités dans le domaine touristique, devant Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères et du Développement international, mais qui est aussi chargé du tourisme. C’est dans cet esprit qu’il a été notamment décidé de développer des partenariats dans des secteurs stratégiques au bénéfice de nos deux économies et notamment dans celui du tourisme où la France a une expertise et un savoir-faire à offrir en matière de formation, de normalisation et d’amélioration de la qualité de l’environnement mais aussi pour la qualité de ses infrastructures et de ses hôtels. Et déjà, je me réjouis du partenariat entre le groupe Mehri et le groupe Accor qui permet de développer dans ce pays beaucoup d’Ibis, de Novotel dans le cadre d’un programme très ambitieux.

Je suis très heureux que ce séminaire, aujourd’hui, puisse nous permettre non seulement de dresser un état des lieux, mais aussi d’envisager de nouvelles pistes de travail. Je voulais souligner que les enjeux pour nos pays sont d’importance majeure. Parce que partout dans le monde, le tourisme va se développer dans les années qui viennent, en lien avec la mondialisation des échanges, l’élévation du niveau de vie de nos populations et l’essor des classes moyennes.

Selon les experts, il y aurait un potentiel d’un milliard de touristes et on en attend deux milliards dans une quinzaine d’années. Ainsi, le tourisme sera pour chacun de nos pays une composante essentielle de notre économie, de notre vitalité locale, de notre société et de notre attractivité.

Permettez-moi de vous rappeler quelques chiffres : en France, le tourisme c’est plus de 84 millions de touristes, accueillis en 2013 ; plus de 5,4 millions de lits tous types confondus ; 2,2 millions d’emplois directs et indirects dont les trois quarts dans la restauration et l’hôtellerie, soit 8% de l’emploi total dans notre pays. Cela représente aussi plus de 285.000 entreprises actives qui ont réalisé un chiffre d’affaires de 170 milliards d’euros en 2013, contribuant ainsi à hauteur de 7,5% du produit intérieur brut.

Ces chiffres sont très impressionnants et ils montrent, si besoin était, combien la démarche pour promouvoir le tourisme est structurante. Elle permet de réfléchir et d’infléchir les problématiques relatives à la construction et à l’urbanisme, à l’accessibilité, à l’environnement, à l’accueil, à la mise en place du patrimoine touristique et culturel. Nous travaillons tous ensemble dans cette direction.

En ce qui me concerne, je suis arrivé dans votre pays il y a seulement trois mois, mais enfin j’ai pu déjà visiter Oran à deux reprises, Biskra à deux reprises, la semaine dernière j’étais à Annaba et Constantine. Madame la Ministre m’a conseillé d’aller au Sud et je vais suivre ses conseils très rapidement - et donc je sais combien la promotion des activités touristiques figure dans les priorités du gouvernement algérien, dans sa volonté de diversification de votre économie. Et le Premier ministre Sellal nous l’a encore redit à Paris la semaine dernière. Car les ressources culturelles, naturelles, que recèle, Madame la Ministre, votre pays magique, sont autant d’avantages pour développer un secteur économique prometteur, qui se doit de satisfaire une clientèle toujours plus nombreuse, toujours plus exigeante, qu’elle soit avant tout nationale mais aussi internationale, et d’abord européenne et - permettez-moi de le dire - française.

La participation de l’Algérie au salon Top Resa à Paris en septembre dernier a été très appréciée. L’office national algérien du Tourisme, accompagné d’une délégation de voyagistes et d’hôteliers, était présent sur ce salon, où chaque pays met en avant son attractivité. Car l’attractivité touristique d’un pays dépend de nombreuses variables qui évoluent avec la demande, qui elle-même dépend des habitudes de consommation, de l’organisation du temps de travail et donc des loisirs, mais aussi de tout l’environnement qui doit être mis en place sur le plan réglementaire, des normes de qualité, de la formation de personnels et de l’accessibilité.

Je vois ici des dirigeants de compagnies aériennes et je leur adresse mon salut amical. Entre la France et l’Algérie, on ne peut pas dire qu’on manque d’avions. Et donc on peut encore augmenter les liaisons mais il y a toutes les raisons, effectivement, que le tourisme soit encore renforcé.

Sur toutes ces questions, l’agence Atout France, notre opérateur qui interviendra tout à l’heure, est à votre disposition pour vous faire partager son expérience comme elle l’a fait dans de nombreux pays, en adaptant son expertise à vos conditions, vos demandes et vos ambitions. Nous pouvons travailler sur les stratégies territoriales et sur les questions liées à l’attractivité de l’offre par la stimulation de l’investissement - qui doit être portée, on le disait tout à l’heure, par le secteur privé - de l’innovation et de la qualité. Nous pouvons aider à mettre en place les outils de veille concurrentielle sur les filières et les destinations. Et puis on peut aussi aider à diffuser comme aujourd’hui les bonnes pratiques en matière d’ingénierie via des publications ou des journées techniques d’échanges.

A côté d’Atout France sont aussi présents aujourd’hui beaucoup d’acteurs publics et privés qui concourent activement au développement du secteur du tourisme. Onze d’entre eux - Georges Régnier, Directeur d’Ubifrance Algérie, l’a dit - versés dans la formation, pilier fondamental de tout progrès, le conseil, le management, l’architecture, le design, les équipements, les services hôteliers sont présents aujourd’hui, Madame la Ministre. Et je suis sûr qu’en partenariat avec leurs homologues algériens, ils pourront contribuer au développement de cette coopération franco-algérienne.

C’est en tout cas le vœu que je forme aujourd’hui devant vous.

Soyez assurés, Mesdames et Messieurs, Madame la Ministre, de mon entier soutien dans ce domaine. Je suis très heureux d’avoir pu rencontrer parmi les premiers ministres algériens auxquels je rendais visite la Ministre du Tourisme et de l’Artisanat. C’est un signal très clair de la priorité qu’accorde mon gouvernement à ces questions. Nous ferons tout pour vous accompagner dans votre ambitieuse démarche.

Mesdames et Messieurs, je vous souhaite d’excellents travaux et je vous remercie.

publié le 22/12/2014

haut de la page