Ouverture des 5èmes rencontres Mines et Carrières

Monsieur le Président de la Chambre de commerce Algéro-Française,

Monsieur le Directeur de la Régie de Publicité industrielle,
Mesdames et Messieurs les Chefs d’entreprises algériennes et françaises,

Je suis très heureux d’être parmi vous ce matin et de participer à vos côtés à l’ouverture de cette 5ème édition des rencontres professionnelles « Mines et carrières ».

Je me réjouis du succès croissant de ces rencontres, dont atteste le nombre et la diversité des entreprises représentées aujourd’hui, parmi lesquelles une cinquantaine d’entreprises françaises -auxquelles je souhaite très chaleureusement la bienvenue- et environ 200 opérateurs publics et privés algériens – que je salue amicalement.

Je tiens aussi à féliciter les organisateurs de cet évènement, à savoir d’une part la Chambre de Commerce et d’Industrie Algéro-Française et son Président, Jean-Marie PINEL, dont j’apprécie une fois de plus l’engagement au service du rapprochement entre entreprises françaises et algériennes, et d’autre part la société RPI (Régie de Publicité Industrielle) et son Directeur Jérôme Aubry, qui organise chaque année en France le salon de l’industrie minérale. Leur implication dans la préparation et l’organisation de ces rencontres, qui sont devenues au fil des ans un « rendez-vous » incontournable de votre profession, a été une nouvelle fois déterminante.

Je voudrais remercier également le Ministère algérien de l’énergie et des mines et ses représentants, dont la présence témoigne du soutien des autorités algériennes à cette manifestation.

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que ce secteur des mines et carrières est un secteur stratégique pour l’économie et l’industrie algérienne.

Au-delà de la richesse que confèrent à l’Algérie son vaste territoire, les ressources de son sol et son sous-sol, ce secteur a bénéficié également de la forte croissance de la demande nationale, en termes d’infrastructures, de constructions d’ouvrages et d’équipements publics, ou encore de construction de logements, et de la réponse qui y a été apportée dans le cadre de l’ambitieux plan de développement lancé par les autorités algériennes pour la période 2010 – 2014.

La réalisation de ces travaux n’est rendue possible que grâce à la mobilisation massive de matières premières qui leurs sont nécessaires et dont l’Algérie a la chance de disposer en abondance, qu’il s’agisse de sable, de granulats, mais aussi de phosphates, de fer, de zinc, de marbres, ou encore de métaux précieux.

Pour répondre à cette forte demande, il est nécessaire que les filières s’adaptent et se structurent, que les outils de production se modernisent et que de nouveaux partenariats se développent pour permettre la mise en valeur de ressources minières encore inexploitées.

C’est précisément pour répondre à ces enjeux que ces deux journées de rencontres ont été organisées.

La France dispose de compétences réelles dans ce secteur qui regroupe 3500 entreprises, génère près de 60 000 emplois directs et plus d’un millions d’emplois indirects. Les entreprises françaises ici présentes sont en mesure de proposer des équipements et des technologies qui répondent aux besoins du marché algérien.

Les ateliers auxquels vous allez assister au cours de ces deux journées -très techniques, si j’en juge par leurs intitulés-, permettront aux spécialistes que vous êtes d’échanger sur les dernières innovations, sur les solutions à apporter pour accroitre l’efficacité des méthodes de production, ou encore sur les questions de sécurité.

Les rencontres d’affaires (B2B) qui suivront, permettront aussi d’identifier et je l’espère, de sceller de nouveaux accords, de nouveaux partenariats entre vos entreprises, qu’elles appartiennent au secteur public ou au secteur privé.

L’Algérie et la France ont en effet l’ambition, de renforcer leurs relations économiques, pour installer dans la durée des relations d’affaires où les ventes d’équipement doivent s’accompagner de transferts de technologies, de savoir-faire, de formation professionnelle. C’est pourquoi je me réjouis de la qualité du programme de ces rencontres, qui s’inscrivent parfaitement dans cette approche.

Au-delà, et c’est l’ambition qui nous anime, nous souhaitons avec nos amis algériens, encourager davantage d’entreprises françaises à investir dans ce pays, qui souhaite légitimement reconquérir son marché intérieur en développant son industrie, y compris son industrie des équipements (machines, d’engins de chantier, pompes..). Je ne doute pas qu’apparaîtront, au cours des discussions que vous aurez pendant ces deux journées, des opportunités nouvelles, des « appels à projet » qui inciteront les uns et les autres à envisager de tels partenariats.

C’est en tous cas le vœu que je forme, en vous souhaitant à tous, d’excellents travaux aujourd’hui et demain.
Je vous remercie de votre attention.

publié le 02/03/2014

haut de la page