Le transport par câble répond parfaitement à la topographie des villes algériennes

Interview de Jean Souchal, président du directoire de Poma, accordée à Reporters

Jean Souchal, président du directoire de Poma :
« Le transport par câble répond parfaitement à la topographie
des villes algériennes »

PNG

En juillet 2013, le constructeur français de téléphérique Poma a décroché le projet de télécabines-téléphériques de Tizi-Ouzou. Sa mise en service est prévue pour le courant de l’année 2016. Il a créé une société mixte algérienne en partenariat avec l’Entreprise de transport urbain et surburbain d’Alger (ETUSA), qui a pour mission le développement, l’exploitation et la maintenance de tout le réseau d’appareils urbains de transport par câble en Algérie. Pour Jean Souchal, ce partenariat franco-algérien va donner naissance au premier opérateur mondial de transport urbain par câble.

Reporters : En juillet 2013, l’entreprise française Poma a décroché le projet de télécabines-téléphériques de Tizi-Ouzou. Sa mise en service est prévue pour juillet 2015. A quand sa réception ?

Jean Souchal - La société française Poma, leader mondial du transport par câbles, a signé un contrat de 50 millions d’euros pour la construction de télécabine-téléphérique à Tizi-Ouzou (Kabylie), l’une des plus grandes villes d’Algérie, située à 100 km d’Alger. La télécabine-téléphérique Poma de Tizi-Ouzou « Kef Naâdja-Sidi Beloua-Redjaouna » se décompose en trois tronçons et vient s’intégrer dans le plan d’amélioration des réseaux de transport public initié par les pouvoirs publics locaux. Il reliera la grande gare multimodale de Kef Naâdja (sud), avec le centre-ville et le village de Redjaouna (nord-ouest). Compte tenu de l’implantation du chantier dans un milieu urbain, au cœur de la ville, des travaux préparatoires conséquents ont été nécessaires pour lever les contraintes de sol, dévoyer les réseaux enterrés existants et prendre en compte le démarrage de chantiers de bâtiments adjacents.

Ces travaux préparatoires ont impacté pendant plusieurs mois la phase d’études qui a débouché sur la configuration définitive des installations. Les travaux de construction ont démarré à plusieurs endroits de la ville, les livraisons de matériel électromécanique sur site sont en cours.

Toutes les équipes sont mobilisées et la première mise en route des installations devrait intervenir au cours de l’année 2016.

La télécabine-téléphérique Poma s’étendra sur une longueur totale de 5 475 m avec 6 gares, dont 4 intermédiaires. Le tronçon n° 1 est une télécabine reliant Kef Naâdja à la Haute Ville avec deux stations intermédiaires d’angle (Nouvelle Ville et stade du 1er-Novembre) et un débit de 2 000 personnes/heure. Le tronçon n° 2 est une télécabine reliant la Haute Ville à l’hôpital Sidi Beloua pour un débit de 1000 personnes/heure. Le tronçon n° 3 est un téléphérique à va-et-vient reliant l’hôpital Sidi Beloua à Redjaouna (débit de 550 pers/heure). Avec ces équipements, Tizi-Ouzou disposera d’un nouveau réseau de transports collectifs moderne offrant à la population de meilleures conditions de déplacement en termes de ponctualité, de confort, de rapidité, de coût et de sécurité.

L’Algérie et Poma, c’est une longue histoire d’hommes, de partenariats, c’est une volonté de développements stratégiques communs, c’est une amitié de plus de 40 ans, une véritable amitié, selon Jean Souchal, le président du directoire de la société de transport par câble. Comment voyez-vous la croissance de Poma en Algérie à l’avenir ?

Le Groupe Poma est très fier de s’installer durablement en Algérie pour participer au développement des infrastructures de mobilité par câble dans tout le pays. POMA est déjà opérateur à New York, au Caire et bientôt à Miami, mais ce partenariat en Algérie est stratégique, car il marque une étape importante dans le développement et la croissance de l’entreprise.

Nous restons leaders dans la conception et la construction des appareils de transport, mais nous intégrons désormais à plus grande échelle un nouveau métier qui est l’exploitation et la maintenance en milieu urbain 365 jours par an. Partout dans le monde, les choses bougent et le transport par câble s’impose de plus en plus comme une solution pertinente pour répondre aux problématiques de mobilité urbaine. C’est un mode de transport sûr et écoresponsable qui s’inscrit dans l’esprit d’un développement durable et de l’intermodalité.

Le transport par câble en milieu urbain connaît de plus en plus de succès dans de nombreuses villes à travers le monde, vous le disiez très justement. Ressentez-vous le même besoin en Algérie ?

Avec une superficie de plus de 2,4 millions de kilomètres carrés, l’Algérie est le plus grand pays d’Afrique, du monde arabe et du bassin méditerranéen. C’est aussi le pays qui possède le plus grand nombre d’appareils de transport urbain par câbles au monde avec des installations qui opèrent dans de nombreuses villes comme Alger, Blida, Constantine, Oran, Tlemcen… Le câble répond parfaitement à la topographie des villes et des agglomérations algériennes qui s’étendent entre plaines et collines. Depuis 2009, l’État algérien a inscrit le développement d’infrastructures de transports modernes, et notamment celui par câble, dans sa feuille de route. Pour mener à bien son programme, l’État algérien a choisi un partenariat avec un groupe français implanté mondialement qui a déjà démontré son savoir-faire et sa maîtrise dans le domaine du transport par câble, et dont les innovations et les technologies nouvelles sont à l’avant-garde.

publié le 11/05/2015

haut de la page