La « sirène de la Méditerranée » rayonne [ar]

Rénovation de la basilique Saint-Augustin d’Annaba

A Annaba, on la surnomme affectueusement « Lalla Bouna ». La basilique Saint-Augustin, qui a retrouvé une nouvelle jeunesse après les travaux de rénovation menés depuis plus de trois ans, continuera à séduire des générations d’Algériens et de visiteurs étrangers.

JPEG

Une impressionnante mobilisation

Ce projet collectif, conclu par une inauguration solennelle en présence notamment de l’évêque de Constantine Mgr Paul Desfarges et du président du Conseil de la Nation Abdelkader Bensalah, a bénéficié d’une impressionnante mobilisation. L’implication des autorités et des entreprises algériennes, mais aussi de la wilaya, de la municipalité et de tous les Bônois, a montré l’attachement profond du peuple algérien à cette composante importante de son patrimoine d’une diversité exceptionnelle. 

Quant à l’ambassade de France, il était naturel qu’elle prenne part à une telle aventure, aux côtés d’entreprises et de collectivités locales françaises mais aussi de donateurs étrangers.

Un symbole d’universalité

Il eût été impossible de parvenir à ce résultat éblouissant sans le savoir-faire déployé par l’architecte français Xavier David et par l’entreprise Girard, qui s’étaient déjà illustrés lors de la rénovation de Notre-Dame d’Afrique à Alger.

Un travail d’une minutie extraordinaire a été mené pour restaurer les 140 vitraux retraçant la vie de l’évêque d’Hippone et les tours-clochers dont certaines culminent à 44 mètres d’altitude, mais aussi pour l’installation de quelques 82 projecteurs.

Erigée à partir de 1881 sur une colline dominant les ruines de l’antique cité d’Hippone, la basilique est un symbole de l’universalité dont l’Algérie est porteuse. Celle de Saint-Augustin : un personnage intemporel qui résume à lui seul les différentes facettes de la Méditerranée.

PNG

publié le 03/03/2014

haut de la page