La musique au cœur du partage [ar]

L’Expression, 1 septembre 2013

PNG

Flambant neuve, la salle de cinéma devenue polyvalente, l’Algéria, a accueilli vendredi dernier une soirée musicale placée sous le signe de l’échange et du partage.

Il s’agissait de voir le résultat des ateliers de création initiés le 27 août dernier dans le cadre d’un jumelage entre l’association SOS Culture Bab El Oued d’Algérie et l’association Musiques traditionnelles du conservatoire de Nevers, dans le centre de la France.

La soirée de vendredi dernier a débuté avec le groupe Zerda qui a transporté le public avec ses airs chaouis, poussant les jeunes à danser.
Place ensuite à une heure de concert avec les musiciens du conservatoire de Nièvre, sous la direction de Dominique Forge, musicien, directeur artistique et compositeur : une invitation à apprécier le son des instruments propres à la région de Nièvre, à l’image de ces vieilles roues qui produisent de merveilleux sons de l’époque médiévale.

Le clou de cette soirée fut le duo final, ces deux chansons fusion, jouées à l’unisson entre les musiciens des deux associations. Il s’agit de « Rivières de sables » et « J’ai fait le rêve ».

« Justement j’ai fait le rêve qu’on pouvait partir en bateau de notre fleuve, la Loire, dans le centre de la France et venir jusqu’en Algérie et réunir des gens comme on l’a fait là, avec la musique... », nous a confié en aparté Dominique Forge. (…)

Enthousiaste, notre interlocuteur rajoute dans les coulisses de l’Algéria : « Le contact s’est fait grâce à l’ambassade de France via l’Institut culturel français.

On leur a demandé s’ils connaissaient une association avec laquelle on pouvait travailler et on nous a proposé cette association. Nous sommes rentrés en contact avec eux et on a organisé le déplacement, le nôtre, ici, et le leur au mois de novembre.

Il a fallu se découvrir humainement puis musicalement. Ils sont de bons musiciens. Nous étions étonnés. L’alchimie a vite opéré... ».

Et Djamila Maghnine, vice-présidente de l’association SOS Culture Bab El Oued et conseillère pédagogique au niveau de l’association, de faire remarquer à son tour : « Parmi les activités ponctuelles que nous organisions chaque fois, nous choisissons toujours les échanges, surtout entre la France et l’Algérie, pour rapprocher les jeunes des deux rives ». (…)

Par O. Hind

publié le 19/03/2014

haut de la page