La BD française s’illustre au FIBDA [ar]

JPEG

Frank Margerin, Alain Frappier, Florence Cestac, Jacques Ferrandez… Cette année encore, les bédéistes français ont été nombreux à répondre à l’appel du FIBDA.

La très forte implication française dans le festival international de la bande dessinée d’Alger, organisé par Dalila Nadjem et inauguré le 8 octobre par la ministre de la culture Khalida Toumi, n’est pas nouvelle. Cette année pourtant, elle a été particulièrement spectaculaire.

De festival en festival

Quelque 30 auteurs et spécialistes français ont sillonné l’esplanade de Riadh El Feth. Parmi eux, Jacques Ferrandez : habitué du festival, l’auteur des Carnets d’Orient est venu présenter son adaptation BD du célèbre roman d’Albert Camus, L’Etranger, qui offre de magnifiques vues d’Alger.

Philippe Brocard, président du festival BD de Lyon, s’est vu remettre, après cinq jours passés à animer des ateliers-jeunes, le "Prix de la reconnaissance" en récompense de son engagement ancien envers le neuvième art en Algérie.

Francis Groult, fondateur et président d’honneur du célèbre festival d’Angoulême, a lui-même participé à l’événement en présence du Maire d’Angoulême, dont la ville a accueilli de nombreux dessinateurs algériens lors de la 40e édition en 2012.

La francophonie à l’honneur

Outre la France, les pays francophones étaient massivement représentés : le Cameroun, invité d’honneur, mais aussi la Suisse et la Belgique.
Une manifestation placée sous l’ombre tutélaire du grand auteur franco-algérien Rachid Aït Kaci.

PNG

publié le 25/02/2014

haut de la page