L’amitié franco-algérienne est à la mode [ar]

PNG

Durant près de deux mois, les Instituts français d’Algérie se sont relayés pour offrir aux amateurs de mode un aperçu des plus belles créations françaises et algériennes.

Les journées de la mode montent en gamme. Organisées pour la quatrième année par l’IFA, elles ont donné l’occasion à sept stylistes talentueux des deux rives de se produire dans de nombreuses régions d’Algérie pour y offrir un spectacle hors du commun.

A Constantine, première organisatrice de l’événement, les deux défilés de mode à l’Institut français et à l’hôtel Novotel ont réuni au total plus de 400 personnes. Ils ont été accompagnés d’un cycle cinéma et d’une superbe exposition de textiles de Salah Khaldi. A Annaba, le défilé de mode organisé le 10 mai à l’hôtel Seybousse International a séduit un public de tous âges.

A Oran la « radieuse », une conférence, une exposition de photos et un film ont été proposés en marge de l’événement. Ce fut enfin au tour de Tlemcen, fameuse entre toutes pour ses étoffes et sa beauté, d’admirer ce spectacle.

Une opération clôturée le 8 juin à l’hôtel Aurassi d’Alger avec le défilé organisé sous le patronage de la ministre de la culture Khalida Toumi et du ministre de l’Industrie Chérif Rahmani, en présence de l’ambassadeur André Parant. Près de 800 personnes ont assisté à l’événement sans compter les téléspectateurs qui ont suivi la retransmission de TV5 Monde.

Défi à relever en 2014 : développer encore les retombées économiques de ces journées, notamment en termes de création en Algérie et de lancement de jeunes talents.

Trois questions à Amor Guellil,
Lauréat du concours « Lumière et Liberté »

PNG

Comment avez-vous été amené à choisir ce métier ?

Depuis l’enfance, je regardais des films en costumes historiques, avec l’envie d’en fabriquer. Je dessinais sans cesse des silhouettes de mode, des costumes de théâtre, des sacs à main. J’aime la création, fabriquer des choses de mes mains, les sublimer, leur donner un souffle magique et puis les partager. On ne diminue pas le bonheur en le partageant et je crois que j’ai choisi ce métier afin de faire rêver le monde qui m’entoure.

Que pensez-vous des différents défilés organisés en Algérie ?

Les activités proposées par les Instituts français d’Algérie pour la Semaine de la mode sont intéressantes. A mon avis, c’est le moment de lancer le projet de la Fashion week Alger, pour vraiment élargir le secteur de la mode en Algérie et aussi de solliciter les jeunes talents.
Il faut encourager un mouvement artistique prometteur, sans oublier bien sûr l’apprentissage en enseignement supérieur mode et création de l’habillement. Le secteur de la mode et de l’habillement offre de nombreuses perspectives professionnelles. 

Que représente pour vous la France en matière de mode et de création ?

Le patrimoine en matière de mode en France est à l’image de son histoire. C’est sans doute l’un des plus riches au monde, Paris restant la capitale de la mode et du raffinement.
Pour moi, les plus grands ateliers haute couture se trouvent à Paris. Même ces dernières années de crise, la Fashion week parisienne reste la plus importante et la plus attendue pour les rédacteurs des plus grands magazines de mode. 

PNG

publié le 05/03/2014

haut de la page