L’Algérie et la France au diapason [ar]

Première édition de la fête de la musique dans les rues d’Alger

PNG

Il faisait bon marcher, le soir du 20 juin, dans les rues les plus animées de la capitale. Rendez-vous international incontournable, la fête de la musique, déjà célébrée par l’Institut français d’Algérie depuis plusieurs années, a fait cette année de nouveaux émules dans la cité qui a vu naître le « chaâbi ».

Alger en fanfare

C’est à l’initiative du wali d’Alger, de la commune d’Alger-Centre, de l’EPIC d’Arts et Culture et de l’Institut français d’Alger que s’est tenue cette rencontre musicale. L’objectif : fédérer musiciens amateurs et professionnels et permettre à leur créativité et à leur diversité d’occuper l’espace public.

Le principe en avait été posé le 21 juin 1982 par Jack Lang, alors ministre de la culture et aujourd’hui directeur de l’Institut du Monde arabe. Le succès n’en a jamais été démenti. Non seulement la fête de la musique a permis une mobilisation populaire unique en son genre et une démocratisation de l’accès aux pratiques artistiques, mais cet élément majeur de la vie culturelle française s’est exporté : il s’agit désormais d’un événement mondial, célébré dans presque 500 villes réparties dans 116 pays sur les cinq continents.

Melting-pot musical

Sur la Place Maurice Audin, le square Sofia et l’esplanade de la Grande-Poste, des scènes ouvertes ont permis à des musiciens algériens de tous styles d’exprimer leur talent : groupes traditionnels de Ghardaïa, de Kabylie, de Sidi bel Abbes, samples et paroles acérées du rappeur « Nima Psy ».

Trois groupes français ont ajouté à ce melting-pot une touche hexagonale : les Balochians ont surpris le public avec leur style néo-musette populaire, le rappeur Féfé est descendu de scène pour se mêler à un public bouillant et la compagnie Rassegna, accompagnée de musiciens algérois, a su charmer la foule avec ses rythmes méditerranéens.

Gageons que cette célébration inédite, première effervescence nocturne de l’été, continuera à séduire un public algérien toujours plus nombreux.

publié le 13/08/2014

haut de la page