Interview de Gaëtan Pellan, directeur de l’Institut français d’Oran [ar]

« Beaucoup d’Oranais sont devenus des amis »

Gaëtan Pellan, directeur de l’Institut Français d’Oran, nous fait partager ses sentiments à la veille de son départ.

On dit que les Oranais ont effectué une démarche pour demander que vous restiez à votre poste l’an prochain. Que retenez-vous humainement de vos quatre années à Oran ?

Avant mon départ de Gaza, on m’avait bien prévenu de la chance que j’avais de venir sur Oran. Ces quatre années sont passées très vite, j’ai vécu de beaux moments et en effet rencontré beaucoup d’Oranais qui sont devenus des amis maintenant. J’ai apprécié leur franchise, leur humour et leur sens de la fête. Alors bien sûr la rupture sera difficile…. Mais je sais que je reviendrai ici en vacances, et puis en France je serai toujours à l’écoute des nouvelles de mes amis oranais comme je le suis toujours de mes amis palestiniens.

Quels sont les plus grands succès de l’Institut français d’Oran depuis votre arrivée ?

Il y eu beaucoup de belles émotions avec le public oranais. J’ai essayé avec l’équipe dynamique de l’Institut Français de proposer un programme varié pour un large public sans négliger aucune forme artistique. L’institut Français est un lieu incontournable sur Oran et cela me fait plaisir de le voir fréquenté par la jeunesse oranaise. Mais si je ne devais retenir qu’un seul des grands succès de mon passage à Oran, je pense que la Nuit Blanche initiée à Oran en 2009 dès mon arrivée et organisée en parallèle de celle de la mairie de Paris restera un moment très fort. Cette manifestation a permis de mettre à l’honneur l’art contemporain et la vidéo sur les murs de la ville dans des endroits incroyables, avec la participation des artistes locaux.

Si vous aviez un vœu à adresser aux Oranais à la veille de votre départ, quel serait-il ?

Je souhaite qu’Oran continue à se développer pour être à la hauteur d’une métropole moderne avec les infrastructures culturelles que les Oranais attendent. J’espère que les artistes oranais pourront ainsi mieux défendre leur art et valoriser leurs expressions artistiques dans de bonnes conditions. Je souhaite aussi que le public continue à être aussi curieux et à venir nombreux aux spectacles proposés par notre Institut Français.

Je fais le vœu qu’Oran soit très prochainement une capitale culturelle… de la Méditerranée !

JPEG

publié le 20/03/2014

haut de la page