Exposition "Biskra, Sortilèges d’une oasis" à l’IMA [ar]

BISKRA, Sortilèges d’une oasis
23 septembre 2016 – 22 janvier 2017

JPEG

L’Institut du monde arabe dévoile l’histoire et les mystères de Biskra, oasis algérienne et terre d’élection des artistes européens et américains du tournant du siècle, à travers une exposition événement.

Biskra, ville carrefour oubliée Lieu de commerce tant économique qu’intellectuel et artistique, Biskra a joué le rôle de « révélateur » auprès du monde artistique et lettré européen dès 1900. Située à quelques kilomètres de sources chaudes et accessible par chemin de fer dès 1888, l’oasis algérienne séduit et envoûte peintres, photographes, musiciens et cinéastes. A travers le motif de Biskra, l’évolution des styles et des écoles artistiques défile, de l’orientalisme au futurisme : Eugène Fromentin, Gustave Guillaumet, Henri Matisse, Maurice Denis, Oscar Kokoshka, Henri Valensi… Rendez-vous de l’avant-garde internationale, Biskra demeure une destination incontournable tout au long du siècle. La Guerre d’Algérie et les « années de plomb » éclipsent pourtant son souvenir dans la mémoire française pendant de longues années.

Un regard neuf sur un mythe oriental

Pensée et conçue en collaboration avec le commissaire Roger Benjamin, professeur d’Histoire de l’art à l’Université de Sydney, Biskra, Sortilèges d’une oasis est le reflet d’un regard neuf, dépourvu d’a priori historiques. Son oeil étranger révèle une Biskra cosmopolite où les intellectuels du début du siècle se posent la question inédite de la place des Algériens dans la société. L’histoire de cette ville unique, sans équivalent dans le monde arabe et son impact sur la culture internationale sont retracés grâce à de nombreux documents d’époque.

Un dialogue des arts d’hier à aujourd’hui

A travers cette exposition, l’Institut du monde arabe explore les multiples facettes artistiques de Biskra. Muse de tous les arts, l’oasis algérienne a suscité une production foisonnante de photographies, peintures, cartes postales, pièces de théâtre et films. Fruit de prêts internationaux, Biskra, Sortilèges d’une oasis présente ainsi le chef-d’oeuvre de Gustave Guillaumet, Habitation saharienne, qui n’avait pas été vu en France depuis plus d’un siècle. La projection du film The Garden of Allah avec Marlene Dietrich met, elle, en lumière une Biskra fantasmée jusqu’à Hollywood. Loin pourtant d’appartenir au passé, la cité algérienne rayonne aujourd’hui de créations contemporaines nourries de ces souvenirs mythiques qu’elles font dialoguer avec une ville moderne en plein boom économique.

L’Architecture et l’urbanisme

  • Le Vieux Biskra : séguias et palmiers-dattiers
  • Le Fort Saint-Germain et la ville orthogonale
  • Le marché de Biskra et le quartier des Ouled-Naïl
  • Le goût « mauresque » : le casino et l’Hôtel de Ville
  • Trois « grands hôtels » : le Sahara, le Royal, le Transatlantique

Le tourisme

  • La station d’hivernage et les thermes
  • La vie quotidienne dans les hôtels
  • Le jardin Landon
  • Les excursions et autres « attractions »
  • Le tourisme après l’Indépendance : l’hôtel Les Ziban (1968)

La peinture

  • Aux sources de l’orientalisme en Algérie : Eugène Fromentin et Gustave Guillaumet
  • Les orientalistes à Biskra : Frederick Arthur Bridgman et Maurice Bompard
  • Les femmes peintres : Marie Caire-Tonoir
  • L’art moderniste : Henri Valensi, Maurice Denis, Oskar Kokoschka, Henri Clamens
  • La peinture algérienne : Slimane Becha, Chaouia Noureddine Tabhera

La photographie et les arts graphiques

  • Un Parisien dans le désert : Jacques-Félix Moulin (1856)
  • La photographie et les journaux illustrés : de la visite de Napoléon III (1865) au monument du Cardinal Lavigerie (1900)
  • Auguste Maure et le studio « Photographie saharienne »
  • Des stéréoscopes aux Kodaks des touristes et des militaires

Une sensibilité d’avant-garde

  • André Gide, écrivain
  • Henri Evenepoël, peintre-photographe
  • Henri Matisse, peintre et épistolier
  • Béla Bartók, ethnomusicologue et compositeur

Commissariat : Roger Benjamin, professeur d’Histoire de l’art, Université de Sydney et Eric Delpont, directeur du musée de l’IMA

Pour plus d’infos cliquez ici

BISKRA, Sortilèges d’une oasis 23 septembre 2016 – 22 janvier 2017 Salle d’exposition temporaire (niveau -1) Vernissage jeudi 22 septembre 2016 à 19h

publié le 21/09/2016

haut de la page