Discours du Président d’Ubifrance lors du séminaire du jumelage européen au bénéfice d’Algex

Discours du Président d’Ubifrance M. Jean-Paul Bacquet
Lors du séminaire d’ouverture du jumelage européen au bénéfice d’Algex
2 octobre 2014 – Alger, Safex


Monsieur le Ministre,
Monsieur le Directeur général,
Messieurs les Ambassadeurs
Mesdames et Messieurs

Je suis particulièrement honoré de venir inaugurer aujourd’hui le jumelage qui lie désormais durablement le Ministère du Commerce algérien et l’Agence Algex à Ubifrance. Il s’agit en effet d’un projet tout à fait particulier, par ses objectifs, son envergure et sa durée, d’un projet comme on n’en conclut pas tous les jours à Ubifrance et qui devra faire date dans l’histoire respective de nos deux institutions.

Ce projet voit par ailleurs le jour à un moment où il est pour nous plus que jamais nécessaire de montrer que notre engagement en Algérie est profond et sans faille. Il est un moyen de montrer aux entreprises qu’elles doivent continuer à venir en Algérie, qu’elles doivent passer outre l’actualité terrible de ces derniers jours pour poursuivre la construction entre nous d’une relation économique durable, garante de sécurité et de stabilité.

JPEG

Afin de mieux vous faire comprendre la nature du jumelage que nous inaugurons aujourd’hui, permettez-moi d’abord de revenir sur les liens qui unissent Ubifrance à Algex depuis de nombreuses années.

La coopération entre ces deux agences est ancienne. Dès 2007, un programme bilatéral sur financement de l’AFD, mis en place avec le Ministère du Commerce algérien pour une période de 3 ans, visait au renforcement des capacités commerciales de l’agence Algex et de la Chambre Algérienne de Commerce et d’Industrie – CACI. Il s’agissait du programme Optimexpoert, prolongé ensuite en 2010 par de nouvelles initiatives au bénéfice des PME algériennes. Ces premières expériences de coopération ont notamment porté sur de l’accompagnement concret et du coaching de PME, des formations, l’organisation du salon Djazair Export 2011.

Le Ministère du Commerce algérien a toutefois identifié dès 2012 la nécessité de mettre en œuvre un programme plus profond et plus global, permettant de donner des méthodes de travail et des outils performants pour appuyer les entreprises dans tous les domaines d’activité de l’agence Algex. C’est ainsi qu’est née l’idée d’un jumelage institutionnel qui a été vite perçu par les autorités algériennes comme l’outil tout à fait adéquat pour donner à Algex les moyens de faire face au défi crucial de la diversification des exportations algériennes.

De son côté Ubifrance, à la suite des premières interventions réalisées auprès d’Algex et de la CACI, a poursuivi ses activités de coopération internationale auprès d’autres agences de l’export dans le monde. Des interventions en matière de renforcement de capacités commerciales ont ainsi été réalisées au Maroc (auprès de l’Agence nationale des PME), en Côte d’Ivoire (auprès de l’APEX CI) et au Qatar (auprès de l’Agence Tasdeer). La coopération internationale est inscrite dans les statuts d’Ubifrance et constitue une activité importante en termes de stratégie et de positionnement.

Ubifrance est en contact fréquent avec les agences de l’export européennes et mondiales : elle sera ainsi présente mi-octobre à Madrid à la conférence annuelle des agences européennes ETPO et en novembre à Dubaï à la conférence mondiale World Trade Promotion Organisation organisée par l’ITC. Ubifrance réalise auprès de ces agences homologues un benchmark des meilleures pratiques de chacune, grâce auquel elle peut avancer dans ses réflexions sur les meilleures stratégies à mettre en place, stratégies qui sont également discutées dans le cadre des contrats de coopération internationale.

Forte de son lien de plusieurs années avec Algex et de cette expérience en matière de coopération internationale, c’est donc tout naturellement qu’Ubifrance a décidé d’être candidate pour la réalisation du jumelage au bénéfice du Ministère du Commerce algérien et de l’agence Algex annoncé par l’UGP en juillet 2013.

JPEG

Avec ce projet de jumelage, Ubifrance est entré, si l’on peut dire, dans une nouvelle dimension. Le financement par l’Union Européenne, la composante multilatérale (algérienne, française, autrichienne et belge) et les spécificités requises par les jumelages institutionnels font de ce projet une entreprise tout à fait spécifique et formatrice pour toutes les parties.

Ce type de réalisation est conçu pour être un véritable transfert de compétences, instillé au fil de chaque mission, dans un échange dynamique avec les équipes bénéficiaires d’Algex.

Pour les entreprises algériennes et leur développement à l’export, l’apport sera considérable car elles disposeront avec Algex, au fur et à mesure du développement du projet, d’un outil d’appui à l’international rénové, performant, aguerri, réactif, en prise directe avec les opportunités des marchés internationaux.
Le jumelage est un outil particulièrement bien conçu pour le transfert de compétences et soyez assurés que nous mettrons tout en œuvre pour décupler encore son efficacité au bénéfice d’Algex et des entreprises algériennes.

Je voudrais conclure en vous disant que je suis particulièrement fier qu’Ubifrance ait pu, pour la première fois, coordonner une intervention européenne de cette envergure et que cette intervention se fasse autour d’un projet qui a lieu en Algérie, au bénéfice du Ministère du Commerce algérien et de notre « vieil ami » Algex.
Je saisis l’occasion pour remercier chaleureusement nos partenaires, qui ont accepté de nous suivre dans cette aventure et sans lesquels la réalisation de ce jumelage ne serait pas possible :

-  L’agence gestionnaire autrichienne AED
-  La Chambre économique fédérale d’Autriche
-  L’agence Advantage Austria
-  L’agence wallonne AWEX
-  Et L’agence française ADETEF, gestionnaire du projet pour la partie française

Je souhaite aussi, en ma qualité de Président d’Ubifrance, vous dire que notre bureau auprès de l’ambassade de France en Algérie poursuit inlassablement et avec un certain succès son action pour promouvoir les partenariats entre entreprises algériennes et françaises. Ce sont ainsi quelques 400 entreprises françaises, essentiellement des PME et ETI, qui ont été accompagnées par nos soins sur le marché algérien en 2013. Nous devrions atteindre des chiffres identiques en 2014.

Ce sont, en effet, une vingtaine de colloques, rencontre d’affaires, participation à des salons professionnels que nous organisons chaque année à Alger bien sûr mais aussi dans les autres grandes villes du pays Oran, Annaba, Constantine. La dernière en date de ces opérations a eu lieu hier sous le haut patronage du ministère algérien de la Santé. Je note qu’elle a été un succès, qu’elle a bénéficié d’une belle couverture presse et surtout qu’elle devrait déboucher sur la conclusion de partenariats prometteurs.

Pour conclure, je souhaite à toutes et à tous bon courage pour les deux années d’efforts à venir sur notre projet commun, avec pour objectif permanent le soutien aux entreprises algériennes au plus près de leurs besoins, et je vous donne rendez-vous à tous dans deux ans, pour partager ensemble le plaisir du travail accompli et en mesurer les effets.

publié le 16/12/2014

haut de la page