Cérémonie en hommage aux victimes de l’attentat de Nice [ar]

Discours de M. Bernard EMIÉ
Ambassadeur,
Haut Représentant de la République Française
en Algérie

Cérémonie en hommage aux victimes

Attentat de Nice du jeudi 14 juillet 2016


Alger, lundi 18 juillet 2016,

Mesdames et Messieurs les Conseillers consulaires,
Mesdames et Messieurs les Chefs de Service,
Monsieur le Consul général,
Mesdames et Messieurs,
Chers collègues,

La France est de nouveau en deuil, de nouveau frappée de manière aveugle le jour de sa fête nationale. Notre pays a vécu, le 14 juillet au soir, une nouvelle nuit dramatique d’horreur et de terreur. Un terroriste fou a frappé la Promenade des Anglais, au cœur de cette ville de Nice, au moment-même du 14 juillet et de son feu d’artifice, moment de rassemblement et de joie populaire. Ce terroriste, au volant d’un camion, a fauché des vies, écrasé des enfants, tué de nombreux adultes, beaucoup d’étrangers en ce soir de fête, en ce soir où tous les pays qui reconnaissent ses valeurs célébraient la belle devise de notre République : « Liberté, Egalité, Fraternité ».

Une fois de plus, le bilan est très lourd 84 morts de près de 17 nationalités dont sans doute 4 Algériens. Encore une trentaine de personnes entre la vie et la mort. Pensons à ces vies arrachées, pensons aux victimes, pensons à toutes celles et à tous ceux qui ont perdu un proche, un membre de leur famille, un ami. Pensons aussi à ces blessés qui ont des images effroyables dans leur tête, qui souffrent dans leur chair, qui souffrent encore de ces brûlures psychologiques. Inclinons-nous collectivement devant leur mémoire et la douleur de leurs proches.

Le président de la République a décidé d’observer trois jours de deuil national, deuil qui a débuté samedi. Aujourd’hui, dans toute la France, en ce moment-même, est observée une minute de silence en hommage aux victimes. D’où cette cérémonie, ici, à l’ambassade, et en même temps dans toutes les emprises françaises en Algérie. Une cérémonie ici à l’Ambassade autour de cette stèle érigée à la mémoire des agents de l’ambassade victimes du terrorisme au cours de la décennie noire, afin qu’un moment de recueillement permette à tous les agents de toutes nos ambassades à l’étranger, mais aussi aux communautés françaises, de s’associer à cet hommage.

JPEG

Ces actes inqualifiables, barbares, sont de véritables crimes contre l’humanité comme l’avait dit le Président Bouteflika au lendemain des attentats du Bataclan. Ils constituent autant d’actes de guerre, des actes d’une barbarie absolue.

Le président de la République et le Premier ministre n’avaient rien caché de la gravité de la situation au mois de novembre dernier. Il nous fallait nous préparer à mener un combat long et difficile contre le terrorisme. Depuis, nombre de décisions ont été prises par notre gouvernement au niveau national avec l’état d’urgence décrété sur l’ensemble du territoire, état d’urgence que le président de la République vient de prolonger pour trois mois. Avec des moyens militaires supplémentaires déployés pour protéger les citoyens, avec des mesures additionnelles prises pour renforcer nos moyens de protection, nos alertes, nos patrouilles. Avec des mesures de vigilance renforcées mais aussi avec des moyens accrus pour nos services de renseignement et de sécurité. Ces services de sécurité et de renseignement auxquels je souhaite rendre un hommage particulier alors qu’ils viennent d’assurer dans des conditions éprouvantes la sécurité de l’Euro 2016, que nous avions réussi à réaliser dans de bonnes conditions sur notre territoire. L’Euro 2016 a été, sur le plan de la sécurité, un grand succès sur le territoire français et nous le devons à ces militaires, à ces gendarmes à ces policiers que je salue aujourd’hui par l’intermédiaire de leurs représentants ici en poste à l’Ambassade de France à Alger. Et puis nous avons aussi renforcé notre arsenal législatif, pris des mesures réglementaires supplémentaires. Nous devons continuer à nous mobiliser collectivement, être debout, forts et fiers. Les terroristes ont attendu le lendemain de la fête, et le 14 juillet au soir pour frapper. Alors, l’engagement et la lutte contre le terrorisme, c’est d’être forts, c’est être ensemble, c’est d’être rassemblés. Le monde entier et nous regarde, une fois encore, nous exprime sa solidarité.

JPEG

L’Algérie nous l’a dit, avec des mots de grande amitié, des mots exprimés par le Président Bouteflika au lendemain de l’attentat de Nice, je le cite : « C’est avec une profonde indignation que j’ai appris l’horrible attentat terroriste qui vient d’endeuiller la France à Nice, faisant des dizaines de morts et de nombreux blessés. L’Algérie condamne énergiquement cet acte barbare. Elle réitère sa conviction que le terrorisme, qui n’a ni nationalité ni religion et qui ne reconnaît aucune frontière, interpelle toute la communauté internationale pour faire front face à ce fléau, avec une solidarité plus effective et sous l’égide des Nations-Unies. En cette tragique circonstance, je vous exprime au nom du peuple algérien, de son gouvernement et en mon nom propre, nos plus sincères condoléances à vous-même, au peuple français et aux familles des victimes, et vous assure aussi de la solidarité de l’Algérie avec la France amie ».

La France, Mesdames et Messieurs, doit continuer à porter son idéal de paix et de justice et rester fidèle à son message, et à ses valeurs. Nous ne devons pas laisser ces terroristes nous terroriser. Nous ne devons pas laisser ces barbares modifier notre mode de vie. Nous devons lutter ensemble contre la barbarie.

Comme le dit le président de la République, François Hollande, je le cite : « C’est à cette unité, à cette cohésion, à cette force-là que j’appelle aujourd’hui à Nice pour que la France soit plus forte que ceux qui nous veulent du mal, qui pensent lui faire du mal, qui lui infligent des souffrances, mais c’est eux le mal que nous sommes capables de vaincre, parce que nous sommes la France rassemblée. »

Mesdames et messieurs, aujourd’hui, tous ensemble, en nous unissant, en nous serrant les coudes, en portant les valeurs de notre République et en étant fiers d’être français, nous devons de nouveau méditer ce terrible sacrifice de toutes les victimes des attentats de Nice et rester toujours davantage unis. Et en disant cela, je pense aussi à toutes les victimes de tous ces attentats qui ont endeuillé nombre de pays, que ce soit le Bangladesh hier avec ces touristes italiens et japonais, que ce soit l’Irak, que ce soit la Côte d’Ivoire, que ce soit la Turquie, que ce soit la Belgique naturellement. Alors, Mesdames et Messieurs, je vous remercie pour votre présence.

J’invite maintenant chacune et chacun à respecter une minute de silence et de recueillement à la mémoire de toutes les victimes.

Je vous remercie.

JPEG

publié le 31/08/2016

haut de la page