Discours à l’occasion de la visite de M. Vauzelle, président de la région PACA [ar]

Intervention de S.E. Bernard Emié, Ambassadeur de France en Algérie

JPEG

1er décembre 2014

Monsieur le Président de la région PACA, cher Monsieur Vauzelle,
Monsieur le Président du Conseil économique et Social, merci de l’honneur que vous nous faites de votre présence,
Monsieur le représentant du Directeur Général de l’Agence nationale de développement de l’investissement,
Monsieur le Président de la Section des conseillers du commerce extérieurs de la France,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les représentants des entreprises de la Région PACA,
Mesdames et Messieurs les hommes d’affaires, français en Algérie et algériens en Algérie, partenaires de la relation franco-algérienne,

C’est un grand plaisir pour moi et pour toute l’équipe de l’ambassade de vous accueillir aussi nombreux, avec des personnalités de très haut niveau que je remercie de leur présence, à la Résidence de France à Alger à l’occasion du forum organisé par le réseau ANIMA et l’association « Ingénierie méditerranéenne pour l’export et le développement » en liaison avec CCI International PACA et du côté algérien, l’Agence nationale de développement et de l’investissement, qui est sous tutelle du ministère de l’industrie et des mines, dirigé par mon ami Monsieur Bouchouareb.

Forte d’une vingtaine d’entreprises, de représentants des milieux économiques, de journalistes, que je salue, originaires de cette très belle région qu’est la banlieue d’Alger, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, votre délégation a eu cet après-midi et aura demain, Monsieur le Président, un programme très chargé qui va vous permettre de mieux appréhender le climat des affaires en Algérie et d’évaluer surtout les très nombreuses opportunités de partenariats qui existent entre les entreprises des deux rives de la méditerranée.

Je me permets à titre personnel de saisir cette occasion pour rendre hommage à votre engagement. J’ai le privilège de vous connaitre depuis sans doute plus de 20 ans. Et au cours de mes nombreux postes diplomatiques de mes quelques ambassades sur le bassin méditerranéen, j’ai toujours trouvé en Michel Vauzelle un allié, un soutien de poids. De poids politique, de poids de la région qu’il préside et du poids de son engagement. Je voulais vous en remercier Monsieur le Président et vous remercier de cette relation spéciale que vous portez avec l’Algérie.

Au cours de l’année dernière, les exportations dans cette région ont progressé de manière significative de près de 5%, à un niveau quasiment de 900 millions d’euros. Un chiffre considérable qui place l’Algérie au 7e rang des clients de cette région. Et en sens inverse, l’Algérie est le 3e fournisseur de PACA et les achats de votre région portent notamment sur les hydrocarbures.

Alors ces échanges devraient encore évoluer dans les prochains mois. Beaucoup d’initiatives sont prises, il y a beaucoup d’opérations à Marseille, je vais citer les Med Business Days, qui se sont tenus à Marseille début novembre avec beaucoup de décideurs algériens. Les participations françaises organisées par CCI International PACA sur des salons professionnels aussi prestigieux que Hassi Messaoud expo, dans le secteur des hydrocarbures, Batimatec, dans le secteur du bâtiment, Alger Industrie ou encore Oran Expo, participations qui regroupent des entreprises françaises non seulement de PACA, et de toute la France.

Alors pour tout ceci, Monsieur le Président, merci et puis un grand bravo à tous les opérateurs économiques de PACA que je salue très chaleureusement ce soir. Vous accompagnez la dynamique bilatérale très forte qui caractérise aujourd’hui les échanges économiques entre les deux pays et notre ambition, que j’ai affichée peut-être avec un peu d’optimisme, de retrouver ici notre rang de premier partenaire économique de l’Algérie.

Alors, deux ans après la visite d’Etat très réussie du président de la République François Hollande ici, à la veille de la visite du Premier Ministre Abdelmalek Sellal à Paris, pour le second Comité intergouvernemental du haut niveau, dans un contexte où la relation politique est tellement bonne que le Président Bouteflika l’autre jour en recevant Laurent Fabius lui a dit que jamais, à son sens depuis l’indépendance, nos relations avaient été aussi excellentes. Eh bien nous sommes dans une situation effectivement après le comité mixte économique franco-algérien qui s’est tenu à Oran au mois de novembre, après l’inauguration de cette usine Renault qui crée pour la première fois une filiale industrielle automobile en Algérie et qui va permettre de créer des centaines d’emplois directs, des centaines d’emplois indirects. Eh bien après tout cela, la France souhaite être d’avantage présente dans tous les domaines et répondre aux besoins stratégiques de l’Algérie.

Les enjeux sont majeurs, nous en parlions avec le Président de Conseil économique et social il y a quelques jours : l’Algérie a lancé un très vaste projet de développement de ses infrastructures dans tous les domaines - plan quinquennal 2010-2014 et puis maintenant le plan 2015-2019 qui a porté sur une enveloppe financière de 262 milliards de dollars, priorité aux infrastructures, développement de l’industrie, agro-alimentaire et tourisme. Autant de secteurs, Mesdames et Messieurs, où nous pouvons, où nous voulons, être davantage présents.

Nos marges de progression sont réelles et nos entreprises, que je salue chaleureusement car sans elles rien est possible, petites, moyennes et grandes. Et je salue aussi Monsieur le Directeur général de la CACI qui est un partenaire de chaque instant. Eh bien, même si la concurrence est rude, et de temps en temps vis-à-vis des Chinois, des Turcs, ce n’est pas très facile et bien nous pouvons nous adapter à l’évolution de la demande algérienne et nous positionner sur ses grandes priorités.

Nous partons d’une base forte et je veux rappeler ici que nous sommes en Algérie le premier investisseur hors hydrocarbures et nous sommes un fournisseur de premier plan avec des exportations qui ont augmenté considérablement depuis dix ans. Mais moins que la demande algérienne. Donc pour toutes ces raisons, Monsieur le Président, c’est un honneur de vous accueillir ce soir, d’avoir une personnalité française telle que vous qui vient mobiliser le milieu économique de sa région et je souhaite vous dire que, à toutes et tous nous sommes, avec les services de l’Ambassade, à votre disposition.

J’étais dans mon poste précédent à Londres, avec des Britanniques qui n’aiment pas beaucoup les impôts à la française mais je leur disais tous les jours et je le disais aux opérateurs économiques : si je suis payé comme Ambassadeur de France, c’est grâce aux impôts que les sociétés françaises payent. Et donc je suis à votre disposition avec tous mes collaborateurs pour vous aider dans votre action ici. Avec Martin Juillard, chef du service économique régional, nouvellement arrivé en Algérie. Avec Georges Regnier, patron d’Ubifrance, le service commercial de l’Ambassade qui doit accompagner toutes nos entreprises avec la très dynamique communauté d’affaires française et algéro-française, la Chambre de commerce algéro-française – qui est représentée ce soir par son vice-président en la personne du Président de la section des conseillers du commerce extérieur de la France – eh bien nous sommes tous à votre disposition pour travailler ensemble, pour faire en sorte tout simplement que la France ici, soit au premier rang.

Alors à tous, excellent et fructueux séjour, un grand merci aux coordinateurs de cette séance, à la wilaya d’Alger aussi pour ses efforts et à tous les partenaires de la relation algéro-française ou franco-algérienne.

Monsieur le Président, merci de votre présence, merci du temps que vous dégagez pour l’Algérie à un moment où votre région connait des difficultés liées aux inondations et liées à ces drames que connaissent nos compatriotes pour lesquels nous avons une pensée très solidaire. Vous êtes à leurs côtés, vous l’étiez hier. Aujourd’hui, vous êtes aux cotés de l’offensive économique et commerciale française en Algérie, merci Monsieur le Président.

publié le 10/12/2014

haut de la page