Discours du ministre Mihoubi à la cérémonie d’ouverture de l’exposition "Made in Algeria" [ar]

Discours du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, à Marseille à la cérémonie d’ouverture de l’exposition "Made in Algeria, généalogie d’un territoire", organisée par Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM)
Mardi 19 janvier 2016

JPEG

© MUCEM

Excellence, Madame Fleur PELLERIN Ministre de la Communication et de la Culture,
Excellence, Monsieur Bernard EMIé, Ambassadeur de France en Algérie,
Excellence, Monsieur Amar BENDJAMA, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire d’Algérie en France.
Monsieur Jean-François CHOUGNET, Président du musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée,

Honorable assistance,

Je tiens tout d’abord à remercier vivement Madame Fleur Pellerin qui m’a fait l’honneur de m’inviter au vernissage de cette grande et importante exposition et de partager ce moment solennel qui témoigne de notre volonté partagée de favoriser le développement de nos relations bilatérales.

C’est sous l’impulsion des chefs d’Etat de nos deux pays, que l’Algérie et la France sont désormais engagées dans des liens de coopération exemplaires, car fondés sur des intérêts réciproques et sur le respect mutuel. La question de l’histoire et de la mémoire abordée toujours sous l’angle politique trouve son écho aujourd’hui auprès notamment des élites culturelles des deux pays.

Si l’Algérie est aujourd’hui le centre d’intérêt de cette exposition, la France le fut aussi lors du dernier salon international du livre d’Alger en sa qualité d’invité d’honneur spécial et distingué par sa contribution significative et de qualité.

L’occasion m’est ainsi donnée pour souligner ma grande satisfaction de l’évolution constante de nos relations et des échanges culturels entre nos deux pays et de constater que les ponts culturels établis fonctionnent dans les deux sens ; ce qui conforte notre engagement commun de promouvoir le dialogue interculturel notamment dans le contexte mondial actuel. C’est dire que la culture a toujours été, le long de l’histoire, une passerelle d’échanges entre les peuples et entre les civilisations et non une cause ou un prétexte pour l’affrontement.

Je suis également heureux d’être ici au MUCEM, ce splendide musée si proche, par son emplacement de la rive sud de la méditerranée, donc si proche de nous et qui donne à la ville de Marseille un atout supplémentaire en matière d’échanges culturels et de coexistence.

Les temps des guerres puniques, de croisades et de la piraterie dans le bassin méditerranéen sont révolus ; place est désormais aux valeurs culturelles qui offrent à l’Humanité le droit à la différence et le droit à la diversité.

Ce prestigieux musée consacré aux civilisations européennes et méditerranéennes est un espace commun aux deux rives tant leurs peuples se sont rencontrés, croisés et échangés depuis si longtemps.

Le long de son histoire, le bassin méditerranéen s’est exprimé dans le langage de la sagesse et parfois dans le langage de la violence. Aujourd’hui, je crois qu’il est beaucoup plus proche de sa qualité première ; celle de la sagesse dont il fut le berceau.

C’est cet esprit de sagesse qui, en effet, anime nos efforts pour bâtir ensemble un avenir meilleur et prospère garantissant la sécurité et le développement durable à tous les pays du pourtour méditerranéen.

Par son appartenance géographique et historique comme ville du bassin méditerranéen « Marseille », a cette particularité d’être une ville de la diversité culturelle et de la cohésion inter- communautaires.

Mesdames et Messieurs,

L’Algérie, avec son histoire millénaire et sa diversité culturelle ancestrale a participé à l’émergence et à la construction des civilisations du bassin méditerranéen. Elle a été d’ailleurs souvent au cœur de grands évènements de l’histoire.

C’est à ce juste titre, que nous accordons un intérêt majeur à la Mémoire et sa transmission aux générations futures car nous sommes foncièrement convaincus que le fractionnement de l’histoire signifie le fractionnement de l’identité. L’Algérie qui dispose d’un vaste héritage historique depuis l’ère de la reine des Touaregs Tin-Hinan, en passant par Apulée, Saint-Augustin et l’Emir Abdelkader, œuvre inlassablement à la préservation de la mémoire collective à travers sa politique muséale et sa promotion de la création cinématographique, théâtrale et d’édition et son système éducatif. C’est pour ces raisons que je suis émerveillé par ce musée qui compte un patrimoine partagé.

Si je suis là aujourd’hui pour apprécier une exposition qui raconte en partie l’histoire de l’Algérie, c’est certainement parce que nos deux peuples ont appris à nouer des passerelles de confiance et de coopération. C’est une part de l’histoire commune qui est racontée à travers la cartographie de deux nations et de deux Etats souverains.

Je ne cesserai de dire qu’il faut saisir toutes les opportunités pour glorifier la paix particulièrement en ces temps de souffrance pour beaucoup de pays arabes, en ces temps de violence extrême exprimée par un terrorisme abject qui se répand dans les différentes régions du monde. Nous sommes particulièrement attristés que cette violence qui nuit aux valeurs humaines soit exprimée au nom des religions.

Si j’en parle de cela aujourd’hui, c’est parce que je connais ce que signifie le terrorisme et ses desseins, car le terrorisme n’est jamais aveugle mais un acte délibéré obéissant à des objectifs ciblés. L’Algérie qui a payé le lourd tribut pour le combattre avec beaucoup de patience et d’engagement en connait suffisamment la portée.

Dans ce musée qui s’y prête admirablement, il conviendrait de retenir avec force et de se remémorer avec persistance l’apport considérable de la civilisation musulmane aux valeurs universelles qui nous unissent.

Madame la Ministre,
Honorable assistance,

En Algérie, et sous l’impulsion de Son Excellence Monsieur Abdelaziz Bouteflika Président de la République, le secteur de la culture connaît des mutations profondes, des évolutions sensibles et des développements prodigieux. La consécration des libertés d’expression, d’opinion et de création, et des valeurs de liberté, d’égalité et de solidarité sont autant de dimensions qui animent l’engagement résolu du Gouvernement algérien d’approfondir notre expérience d’édification démocratique.

Le renforcement et la mise en valeur des référents identitaires de la Nation notamment, à travers la Constitutionnalisation de Tamazight comme langue nationale et officielle et sa généralisation dans tous les domaines d’activités à l’instar de l’enseignement, de communication et des arts témoigne de la promotion de la diversité culturelle et s’inscrit dans le processus de cohésion sociale. L’affermissement de la place de la culture dans la stratégie de développement durable et le renforcement des leviers favorables à la pratique, à la diffusion et au rayonnement de la culture nationale figurent désormais au titre des Droits fondamentaux que consacre le projet de révision Constitutionnel. Le Droit à la culture et le devoir de protection par l’Etat du patrimoine culturel matériel et immatériel figureront désormais au titre des principes essentiels de la gouvernance politique en Algérie.

Je tiens enfin à exprimer la convergence de nos points de vues respectives sur les enjeux culturels en présence. L’Algérie, comme la France, partagent de nombreuses convictions communes et militent dans les instances de l’Unesco et dans d’autres forums internationaux pour la promotion de la diversité culturelle et la préservation du patrimoine culturel matériel et immatériel.

Notre obstination à protéger la création culturelle des influences du marché et à défendre la diversité culturelle résulte de notre conviction profonde car elle vise à perpétuer cette tradition que seule la culture permet : celle d’admirer le talent où il se trouve et respecter les peuples quelles que soit leur appartenance et leurs origines.

Je vous souhaite, Monsieur le Président du musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée plein succès pour cette importante exposition.

Je vous remercie de votre attention.

publié le 24/02/2016

haut de la page