Déclaration de l’ambassadeur Bernard Emié à la CCI d’Oran

Propos de l’Ambassadeur à la presse à l’issue de l’entretien avec la CCIO le 11 novembre 2014

JPEG

Mon message est simple : la France a ici une très grande ambition dans le domaine des partenariats, dans le domaine de l’économie et du travail en commun, à la fois pour renforcer notre présence dans tous les secteurs, pour multiplier effectivement les partenariats « gagnant-gagnant » à l’image de celui que nous avons inauguré hier avec cette usine Renault, qui est un projet historique en Algérie et qui a déjà permis la création de 350 emplois directs, peut-être demain de beaucoup plus. Qui va permettre aussi d’établir une filière automobile en Algérie avec des sous-traitants qui vont progressivement être créés et monter en puissance.

La chambre de commerce et d’industrie d’Oranie a une réputation très forte. Des partenariats existent avec de nombreuses institutions consulaires françaises, d’autres sont en préparation et je m’en réjouis. Je crois que les relations entre nos autorités politiques aujourd’hui sont à un niveau d’excellence tout à fait remarquable et que nous devons hisser nos relations économiques au même niveau de qualité que nos relations politiques. Elles sont déjà très fortes mais j’ai une ambition ici, c’est que la France redevienne en Algérie le premier partenaire économique.

Q- Votre visite à la chambre de commerce va-t-elle déboucher sur des projets concrets ?

Avec Monsieur le Président, nous pris un certain nombre de décisions. La première sera d’encourager les partenariats avec d’autres chambres de commerce. Un projet existe avec Avignon. C’est un projet très structurant.

Deuxièmement, nous allons organiser de manière régulière des rencontres entre la chambre de commerce et une structure qui s’appelle Ubifrance, qui est une structure française destinée à accompagner les petites et les moyennes entreprises, car nous ressentons - et nos amis algériens le ressentent aussi - le fait que les PME françaises souhaitent encore davantage être présentes en Algérie. C’est pour cette raison que Monsieur le Président a bien voulu accepter cette proposition. Et je l’en remercie.

Q- Dans quels domaines souhaitez-vous renforcer votre présence ?

Il y a beaucoup de domaines dans lesquels nous sommes présents dans cette région. J’ai eu l’occasion d’ailleurs de venir ici il y a quelques jours et de faire une conférence de presse. Je suis content de vous retrouver de nouveau.

Nous sommes présents dans le domaine naturellement de l’automobile. Nous sommes très présents aussi dans le domaine du ciment avec les activités du groupe Lafarge. Nous sommes présents dans le domaine des transports, du tramway avec Alstom, avec des sociétés de gestion. Nos groupes sont présents dans le domaine aussi de la pharmacie, il y a quelques actions dans le domaine des travaux publics. Et donc nous couvrons déjà un champ très large. Au-delà, nous avons effectivement pour ambition de réfléchir à d’autres possibilités de partenariats dans le domaine industriel.

Tout ceci était à l’ordre du jour hier de ce comité mixte économique franco-algérien qui s’est réuni à Oran avec, du côté français, deux des plus importants ministres du gouvernement : Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, et Emmanuel Macron, ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique. Et, du côté algérien, de très nombreux ministres aux côtés de Monsieur Lamamra et Monsieur Bouchouareb.

Nous avons pu parler transport, habitat, tourisme, urbanisme, agriculture, agroalimentaire, infrastructures, hélicoptères. C’est dire que le champ du possible est extrêmement large entre nous.

Merci.

publié le 20/11/2014

haut de la page