Communiqué conjoint du Sénat et du Conseil de la nation [ar]

Communiqué conjoint du Sénat de la République française
et du Conseil de la Nation de la République algérienne démocratique et populaire

Paris, le 19 septembre 2016

Le Conseil de la Nation et le Sénat donnent un nouvel élan à la relation entre l’Algérie et la France.

La première visite officielle en France du Président du Conseil de la Nation, M. Abdelkader Bensalah, à l’invitation du Président du Sénat, M. Gérard Larcher, se déroule du 18 au 20 septembre 2016. C’est la première fois qu’un Président du Conseil de la Nation se rend en France depuis 16 ans.

Cette visite officielle coïncide avec la tenue du Ier Forum de coopération parlementaire de haut niveau entre les deux assemblées, co-présidée par les Présidents Larcher et Bensalah. Ce Forum résulte de l’accord signé à Alger entre le Conseil de la Nation et le Sénat, lors de la visite officielle du Président Larcher en Algérie, il y a juste un an, du 8 au 11 septembre 2015, à l’invitation du Président Bensalah.

Le Ier Forum de coopération et les échanges en format plus restreint entre le Président du Conseil de la Nation et le Président du Sénat ont permis de mettre en lumière les convergences d’intérêt et d’analyses qui prévalent aujourd’hui entre les deux assemblées et les deux pays.

Ils ont abouti à une « feuille de route » qui comprend quatre axes principaux :

-  le renforcement de la coopération institutionnelle entre les deux assemblées ;

-  un accompagnement du développement de la coopération décentralisée, à même de resserrer les liens entre les collectivités territoriales et la population de nos deux pays ;

-  l’approfondissement du dialogue géopolitique et sur les questions économiques, afin d’atteindre un partenariat économique d’exception fondé à la fois sur des stratégies durables et de co-développement, respectueuses des intérêts de chacun ;

-  une nouvelle ambition pour l’espace méditerranéen avec, en particulier, l’approfondissement du dialogue 5 + 5.

La diplomatie parlementaire fait désormais partie intégrante de la relation bilatérale.

Elle témoigne de la vitalité de la relation entre nos deux pays et du degré de confiance atteint pour aborder l’ensemble des sujets.

publié le 19/09/2016

haut de la page