Commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 à Oran [ar]


Intervention de M. Bernard EMIÉ
Ambassadeur, Haut Représentant de la République Française en Algérie
A l’occasion de la commémoration du 11 novembre


Cimetière du « Petit-Lac » Oran, vendredi 11 novembre 2016

Monsieur le Wali,
Monsieur le Président de l’Assemblée populaire de la Wilaya
Monsieur le Président de l’Assemblée populaire communale d’Oran
Monsieur l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne,
Monsieur le Consul Général de France,
Monseigneur et Messieurs les représentants des Cultes,
Messieurs les officiers supérieurs et attachés de Défense,
Mesdames et Messieurs les Conseillers consulaires et présidents d’associations,
Messieurs les anciens combattants,
Mesdames, Messieurs,

C’est un honneur pour moi d’être avec vous aujourd’hui, dans cette nécropole nationale française du Petit-Lac, pour commémorer ensemble, en ce vendredi 11 novembre 2016, le 98ème anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918 qui mit un terme à la Première guerre mondiale. Je suis heureux d’avoir décidé, fin 2014, de renouer avec la tradition établie avant la décennie noire en Algérie, pour commémorer à Oran, dans ce cimetière du Petit Lac, le 11 novembre.

JPEG

Il y a deux ans nous étions ici, M. le Wali, côte à côte, et l’an dernier j’avais souhaité me rendre à Constantine afin de procéder à cette commémoration au pied du Monument aux Morts, magnifiquement restauré par l’Algérie, pour marquer que nous nous souvenons ensemble des souffrances de cette Première guerre mondiale. J’étais il y a deux ans, et l’an dernier à Constantine, avec les autorités algériennes naturellement, mais aussi avec mon collègue allemand d’alors, Götz Lingenthal, et je suis heureux aujourd’hui de la présence de mon nouveau collègue Michael Zenner, car cette cérémonie est celle de la paix retrouvée, de la mémoire et de la réconciliation.

Souvenons-nous. Le 11 novembre 1916, il y a cent ans, la France, l’Allemagne, l’Europe et une partie du monde sont engagés depuis plus de deux années dans une guerre d’une ampleur et d’une intensité inconnues jusqu’à lors.

Plus de 60 millions de soldats y prirent part, 10 millions périrent et 20 millions furent blessés. Ces victimes vont laisser derrière elles un terrible cortège de 3 millions de veuves et de 6 millions d’orphelins. Au-delà des saignées démographiques profondes et des dévastations considérables, dans les villes comme dans les campagnes, c’est l’ensemble de l’équilibre mondial qui en est sorti bouleversé, au détriment d’une Europe lourdement marquée et promise à de nouveaux tourments.

JPEG

Au cours de l’année 1916, il y a 100 ans, la France va connaitre deux batailles d’envergure qui marqueront à jamais ses paysages, sa population, son histoire aussi. A Verdun, symbole en soi de la sauvagerie de cette guerre, où les pertes françaises et allemandes s’élèveront à 700 000. Dans la Somme, où un million de combattants perdirent la vie. Mesurons l’ampleur de ces chiffres.

Souvenons-nous et honorons ceux qui se sont sacrifiés pour nous.

En cette journée de commémoration, j’ai une pensée reconnaissante, émue, forte, pour tous les anciens combattants de cette grande guerre, venus de tous les continents : d’Europe bien sûr mais aussi d’Afrique, d’Asie, d’Océanie, d’Amérique, et précipités dans une tragédie mondiale. Nous les appelons les anciens combattants, mais souvenons-nous. Il s’agissait d’hommes jeunes, pleins de projets et de rêves, avec une vie à construire. Inclinons nous devant leur sacrifice et devant leur mémoire. Et je souhaite ici à Oran, devant les autorités algériennes et les anciens combattants, souligner la reconnaissance éternelle de la France aux 175 000 soldats originaires d’Algérie qui prirent part à ce conflit. Soldats, sous-officiers, officiers, ils combattirent aux côtés de leurs frères d’armes. 26 000 d’entre eux furent tués. Ils écrivaient une page de l’histoire de la France et de l’Algérie qui, aujourd’hui encore, nous oblige. Ces liens de sang confèrent à nos relations un caractère égal à nul autre.

Tirailleurs, spahis, zouaves algériens, ils furent de tous les combats jusqu’au front d’Orient. Ces combattants venus d’Algérie s’illustrèrent également lors de la bataille de Verdun : le Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants Jean-Marc Todeschini leur a rendu hommage le 24 octobre dernier au cimetière de Douaumont à l’occasion du centenaire. Leur bravoure et leur esprit de sacrifice imposent un profond respect.
Mais, un peu plus de vingt ans après cette grande guerre que chacun espérait être « la DER des DER », le monde plongeait dans un nouveau conflit durant lequel la barbarie et l’inhumanité nazie s’installèrent au cœur même de l’Europe. Dans ce combat vital, l’Algérie joua un rôle fondamental dans la libération de la France et de l’Europe. Les soldats algériens s’illustrèrent au cours de multiples campagnes et contribuèrent à la libération de nos territoires. Notre profonde gratitude va à cette deuxième génération du feu dont certains vétérans sont aujourd’hui présents.

JPEG

Messieurs les anciens combattants, nous vous devons la liberté et la paix. Je veux vous dire que nous n’oublions pas et que nous n’oublierons pas votre courage et votre sacrifice. J’aurai l’honneur de vous témoigner notre reconnaissance indéfectible, en décorant deux d’entre vous de la plus haute distinction française, la Légion d’Honneur, lors de la cérémonie qui se déroulera en fin de matinée au Consulat général de France.

Souvenons-nous.

En ce jour mémoire, je suis fier d’être au côté de l’Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne. Cher collègue, votre présence aujourd’hui me permet de souligner à quel point nous avons raison de croire en l’avenir. Mesurons ensemble le chemin parcouru par nos deux pays depuis le 20ème siècle, pendant lequel nous nous sommes affrontés si durement. Nous avons connu les conflits armés, les rancunes tenaces, les massacres et la barbarie nazie.

Mais aujourd’hui il n’y a pas d’amis et des partenaires plus proches que la France et l’Allemagne. Bien sûr, ce chemin n’a pas été simple, et je veux rendre hommage à l’action des visionnaires et grands hommes d’État que furent le chancelier ADENAUER et le Général de GAULLE, signataires du traité de l’Elysée le 22 janvier 1963. Ce parcours a été marqué par des moments symboliques dont il faut également nous souvenir : ce fut la célèbre poignée de main entre le Chancelier Helmut KOHL et le Président François MITTERRAND en 1984 à l’ossuaire de Douaumont. Plus récemment, en 2014, dans la ville martyr d’Oradour sur Glane, le Président François HOLLANDE déclarait devant son homologue Joachim GAUCK « qu’il est de la responsabilité de chacun de défendre cette réconciliation franco-allemande ». La cérémonie commémorative franco-allemande du centenaire de la bataille de Verdun, le 29 mai dernier, a témoigné des liens devenus indéfectibles entre les peuples et en particulier les jeunesses, de deux nations autrefois rivales.
L’histoire de nos deux pays, cher Michael, prouve combien la volonté politique et mutuelle peut toujours triompher de la fatalité. Nos deux peuples, ennemis héréditaires par le passé ont su se retrouver pour construire un avenir commun au sein de l’Europe et il n’est pas aujourd’hui d’autres Nations que la France et l’Allemagne qui soient animées par une volonté aussi puissante de poursuivre l’intégration européenne et la construction d’un avenir commun meilleur.

JPEG

Dans le monde tourmenté et qui se replie sur lui-même, qui nous entoure, à ceux qui désespèrent de voir aboutir des processus de paix, la réconciliation franco-allemande doit redonner l’espoir de lendemains meilleurs.

Car se réconcilier, ce n’est pas oublier, au contraire. Se réconcilier, c’est reconnaître et regarder avec lucidité le passé pour mieux se tourner vers l’avenir. Pour la France et l’Algérie, se souvenir, c’est également souligner cette histoire à la fois riche et douloureuse que nous avons en partage.

Ce devoir de mémoire s’est exprimé le 14 juillet 2014 lors du défilé international sur les Champs Elysées où, pour la première fois, le drapeau algérien et sa garde furent présents pour marquer le centième anniversaire du déclenchement de la Première guerre mondiale. Dans le message de félicitations qu’il adressa alors à l’occasion de notre Fête Nationale au Président de la République française, le Président Bouteflika soulignait, je le cite : « en décidant de rendre hommage aux milliers de victimes algériennes de la première guerre mondiale, à l’occasion de ces célébrations du 14 juillet 2014, vous avez su Monsieur le Président, reconnaitre les sacrifices du peuple algérien et son attachement aux idéaux de liberté qui lui ont permis de recouvrer chèrement son indépendance et sa souveraineté, et de participer au recouvrement de la liberté du peuple français…cette reconnaissance des sacrifices du peuple algérien nous conforte dans notre élan partagé de construire entre nos deux pays , un partenariat d’exception qui répond à nos intérêts mutuels et aux attentes de nos deux peuples. »

Monsieur le Wali, Monsieur le Maire, chers amis algériens,
Méditons sur le message du Président de la République algérienne. Méditons le sens de votre présence à cette cérémonie et la manière dont nous sommes ensemble, réunis dans un hommage commun aux morts de la Grande guerre, quel que soit leur origine, leur pays, leur religion, leur nationalité, leur sensibilité. Laissez-moi vous exprimer ma reconnaissance, Monsieur le Wali, ainsi qu’à tous les élus et autorités algériennes ici présents, pour votre présence à nos côtés. Cette présence donne un sens supplémentaire à cette cérémonie, 100 ans après les boucheries de 1916, 72 ans après le Débarquement du 6 juin 1944 qui annonçait la fin de la Deuxième guerre mondiale, mais aussi 62 ans après le 1er novembre 1954 et le déclenchement de votre guerre d’Indépendance. Cette cérémonie s’intègre parfaitement dans ce partenariat d’exception que nos deux Présidents de la République, mais aussi nos peuples et d’abord notre jeunesse, appellent de leurs vœux.

JPEG

Souvenons-nous et transmettons.

Et quel plus bel exemple que la présence parmi nous d’élèves oranais, venus eux aussi rendre hommage à leurs anciens, et se plonger dans l’histoire. Car l’histoire c’est bien plus qu’une matière scolaire. « Savoir c’est se souvenir » disait ARISTOTE. Avec la transmission des mémoires, nos jeunes générations qui seront au service de leur pays respectifs, sauront tirer les enseignements d’un passé qu’ils doivent apprendre et ne pas oublier.

La mobilisation des communautés éducatives autour des enjeux commémoratifs est indispensable. Les enseignants et les élèves qui s’impliquent dans des projets pédagogiques s’avèrent de véritables passeurs de mémoire comme en témoigne l’exposition « l’Algérie et la Grande Guerre, éclats de vie » inaugurée hier soir à l’Institut Français d’Oran ; une exposition remarquable, centrée sur l’humain et réalisée avec succès par les élèves du lycée international Alexandre Dumas d’Alger.
Alors ce matin, parce que vous êtes présents, Messieurs les Anciens combattants, acteurs directs de cette épopée que fut la Seconde Guerre mondiale, et en étant à nos côtés aujourd’hui, vous donnez à cette cérémonie de la chair, de la vie, un supplément d’âme, un témoignage et une sagesse. Je souhaite en conclusion de nouveau, au nom de la France, vous exprimer notre connaissance éternelle et notre gratitude.

Chacune et chacun d’entre nous aujourd’hui présents ne serait sans doute pas là ce matin, et peut être sans doute pas sur cette terre, sans votre sacrifice et celui de tous vos camarades tombés au champ d’honneur.
Je vous remercie.

VIVE L’ALGÉRIE !
VIVE L’ALLEMAGNE !
VIVE LA FRANCE !
VIVE L’AMITIE FRANCO ALGERIENNE !
VIVE L’AMITIE FRANCO ALLEMANDE !

publié le 07/12/2016

haut de la page