Clôture du jumelage entre ALGEX et Business France [ar]

Discours de M. Jean-Baptiste FAIVRE Chargé d’affaires de l’Ambassade de France en Algérie

JPEG

Monsieur le Ministre du Commerce,

Monsieur l’Ambassadeur de l’Union Européenne en Algérie,

Madame l’Ambassadrice d’Autriche,

Monsieur le Directeur Général d’Algex,

Mesdames et Messieurs les représentants des milieux d’affaires

1/ Je suis très heureux, au nom de l’ambassade de France, de prendre part à cette cérémonie de clôture du jumelage institutionnel avec Algex.

2/ La France est doublement fière de ce jumelage et du chemin parcouru depuis la cérémonie de lancement il y a 24 mois :

- fière d’abord d’avoir été associée à un projet de coopération important, un projet qui touche un enjeu majeur pour l’économie algérienne d’aujourd’hui, le développement des exportations hors hydrocarbures et sa diversification,

- fière ensuite d’avoir pris part à un partenariat qui est à bien des égards exemplaire entre l’Union européenne, l’Autriche, la France et les autorités algériennes.

Un partenariat qui témoigne de l’action concrète, quotidienne, résolue de la France, comme de ses partenaires européens, pour construire une relation économique forte, durable et équilibrée avec l’Algérie.

2/ Beaucoup aura été fait dans le cadre de ce jumelage pour renforcer et structurer les capacités d’aide à l’export des entreprises algériennes.

136 missions d’experts se sont rendues au total à Alger en deux ans pour développer les compétences du personnel d’Algex et répondre à des besoins qui avaient été bien identifiés en amont et qui l’avaient été de manière conjointe.

Pour améliorer les méthodes de travail,
. aider les personnels d’Algex à mieux connaitre l’offre algérienne pour mieux la défendre à l’export,
. les aider à mieux analyser la demande et les règles du commerce internationale pour mieux accompagner les entreprises, y compris dans de nouveaux secteurs plus porteurs et où les acteurs algériens disposent d’avantages comparatifs.

3/ S’il est encore trop tôt pour dresser un bilan de ce jumelage, toutes les parties concernées s’accordent à dire que les résultats sont à ce stade encourageants.

La conception d’une base données de d’exportateur et d’un guide de l’exportateur, le développement d’un site web et d’un service de relation avec la presse ou encore la rénovation du centre d’information commerciale en sont autant d’exemples concrets et opérationnels.

Plusieurs recommandations ont été par ailleurs formulées par les experts. En faveur notamment d’un plus grand déploiement d’Algex sur le territoire algérien mais aussi peut-être à l’étranger pour être au plus près des besoins des entreprises.
Ce sont des points qui seront certainement développés au cours des échanges de ce matin.

4/ Pour la France, ce jumelage s’inscrit enfin dans un partenariat de long terme dont le maitre-mot est celui de la confiance dans la réussite de l’Algérie et de son économie.
Un partenariat équilibré qui marche sur ses deux jambes :
. d’un côté les échanges commerciaux qui doivent continuer à se développer, dans les deux sens, et c’est tout l’esprit de ce jumelage destiné à permettre aux entreprises algériennes de conquérir de nouveaux marchés à l’export ;
. et en parallèle, en amont, la production et l’investissement, car il n’y a pas d’exportation naturellement sans production. Et la France est très fière d’être le premier investisseur étranger, hors hydrocarbure, en l’Algérie, c’est-à-dire le premier partenaire de la diversification économique de votre pays. Un partenaire qui travaille en Algérie dans la durée, y compris dans les périodes plus délicates, comme aujourd’hui, à un moment où l’Algérie est entrée dans une phase courageuse d’adaptation et de modernisation de son économie. Un partenaire qui est présent pour aider à la formation professionnelle de la jeunersse, pour produire, pour créer de la valeur, pour être aux côtés de l’Algérie dans son développement.

La très forte présence des entreprises françaises, les grandes mais aussi les PME et les ETI, au Forum des partenariats le 10 et 11 avril derniers, en marge du Comité intergouvernemental du haut niveau, conduits par les Premiers ministres français et algériens, en ont été un témoignage visible de cette confiance dans l’Algérie. De même que les projets de partenariats conclus à cette occasion dans de nombreux secteurs stratégiques – transports, agroalimentaire, numérique, services aux collectivités…

Et il faut souligner que plusieurs de ces projets visent non seulement à créer des produits destinés au marché algérien mais aussi à l’export, sur les marchés africains et moyen-orientaux, en soutien courant d’exportations hors hydrocarbures de l’Algérie.
Comme cela avait été dit le 10 avril dernier à Alger, la politique la plus soutenable sur le long terme et la plus cohérente économiquement pour rétablir une balance commerciale déséquilibrée consiste à augmenter sa base exportatrice en rétablissant sa compétitivité et en améliorant sa productivité. C’est le sens de l’effort conduit en France depuis 4 ans, et qui porte ses fruits ; c’est le sens du partenariat que nous construisons avec l’Algérie, au bénéfice mutuel et partagé de nos deux pays.

Vous le voyez, il ne s’agit pas seulement pour la France et ses acteurs économiques de développer de simples courants commerciaux, mais bien de développer des partenariats dans la durée et dans la confiance.

***

Pour conclure, je forme le vœu que la clôture de ce programme permette d’enclencher une dynamique durable et à l’export algérien de prendre son envol, en poursuivant, sous d’autres formes, la très bonne coopération qui a été engagée dans le cadre de ce jumelage.

Je remercie donc nos amis européens, et en particulier nos partenaires d’Advantage Austria, qui ont œuvré à la réussite de ce jumelage.

Je salue les équipes d’Algex que nous avons eu le plaisir d’accueillir pendant quelques jours en formation à l’Ambassade et que notre Ambassadeur a eu récemment l’occasion de saluer à Paris dans les bureaux de Business France et qui continuent de faire un travail remarquable de mise en valeur des potentialités algériennes,

Je remercie aussi la Direction Générale d’Algex, Monsieur Khemnou puis Monsieur Chiti, qui ont su créer ces conditions de réussite

Je remercie enfin Business France qui a été, côté français, la cheville ouvrière de ve projet, à travers M. Axel BAROUX, directeur exécutif du réseau international et responsable de la coopération internationale, et bien évidemment notre Conseiller Résident de Jumelage, Alain Boutebel, qui fort de ses multiples expériences, a su donner l’ampleur et la constance nécessaires à ce projet utile à toutes et tous.

Je vous souhaite, à toutes et à tous, une belle cérémonie de clôture et de futurs échanges constructifs.

Je vous remercie.

JPEG

publié le 19/05/2016

haut de la page