Assia Djebar et Jean Sénac à l’IFA [ar]

Hommage à la magie du verbe

L’Institut français d’Algérie vient de réussir un beau doublé en rendant hommage dans ses cinq antennes à deux grandes figures de la francophonie.

Entre le grand rendez-vous Assia Djebar et l’hommage rendu à Jean Sénac lors du Printemps des poètes, la littérature algérienne d’expression française continue de traverser le temps et l’espace...

« Un véritable choc littéraire »

PNG

L’hommage de l’IFA à Assia Djebar rassemblait des expositions, des lectures croisées et des conférences, ainsi que la projection de son premier film « La Nouba des femmes du Mont Chenoua », qui n’avait été jusque-là proposé au public qu’une seule et unique fois en 1979.

L’accueil réservé par le public algérien à ces différents événements vient confirmer le sentiment d’Amel Chaouati, présidente du cercle des amis d’Assia Djebar, qui décrit son œuvre comme un « véritable choc littéraire ». Eminente fondatrice de la littérature féminine algérienne francophone, traduite dans plus d’une vingtaine de langues, l’auteur de L’Amour, la Fantasia a d’ailleurs vu son talent et son engagement couronnés par son entrée en 2005 à l’Académie française.

« Le poète qui signait d’un soleil »

Lors du Printemps des poètes, c’était au tour de Jean Sénac d’être mis à l’honneur dans les cinq instituts avec une série de tables-rondes, d’ateliers de lecture scénique, de débats sur la poésie contemporaine, sans oublier l’exposition du plasticien Mourad Krinah dans les jardins de l’institut français d’Alger, et même un récital enchanté dans le théâtre antique de Tipaza.

Le « poète qui signait d’un soleil » méritait bien cet hommage sur sa terre natale, lui qui avait l’Algérie au corps et qui ne cessait de se dire « né arabe, espagnol, berbère, juif, français ».

Des mots que ne récuserait sans doute pas la poétesse Sapho, invitée vedette de ce Printemps des poètes, artiste sans frontières connue pour ses interprétations musicales des grands poètes, d’Aragon à Baudelaire.

publié le 23/04/2014

haut de la page