Amitié, respect et détermination [ar]

PNG

Les relations humaines font beaucoup dans les relations bilatérales entre des pays amis » : des mots du ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve qui résument, à eux seuls, l’intensité qui a marqué sa visite en Algérie les 18 et 19 décembre dernier.

Deux objectifs principaux

Ce déplacement du ministre de l’intérieur, qui était accompagné d’une importante délégation parlementaire, avait deux objectifs principaux. Renforcer d’une part, à travers des échanges avec son homologue Tayeb Belaïz, la coopération déjà dense avec le ministère algérien de l’intérieur et des collectivités locales, notamment dans les domaines de la sécurité intérieure, de la protection civile et de la formation des cadres territoriaux. Intensifier d’autre part la coopération avec le ministère des affaires religieuses et des waqfs sur le plan de la lutte contre la radicalisation, de la formation des imams et de l’organisation du culte musulman en France. Bernard Cazeneuve a d’ailleurs saisi l’occasion de sa visite pour signer avec le ministre algérien Mohamed Aïssa une déclaration d’intention sur la formation des imams, la valorisation de la grande mosquée de Paris ainsi que les échanges universitaires et culturels.

Une « séquence de l’intérieur »

A cette première partie de la visite - la « séquence ministre de l’Intérieur » - a fait suite une seconde séquence que Bernard Cazeneuve a qualifiée lui-même de « séquence de l’intérieur ». Son déplacement à Oran, très personnel, n’avait pas pour seul but d’échanger avec le Wali Abdelghani Zaalane et les autres autorités locales de la seconde ville d’Algérie. Il s’inscrivait aussi dans une volonté de rendre hommage à une cité où plusieurs de ses ancêtres ont vécu et sont aujourd’hui inhumés. Un moment d’autant plus émouvant que le ministre, qui a rendu visite au lycée Pasteur, au sanctuaire de Santa Cruz et au cimetière de Tamazhouet, foulait pour la première fois le sol oranais.

publié le 08/03/2015

haut de la page