La France salue le paraphe de l’accord de paix au Mali [ar]

Intervention de S.E. M. Bernard Emié
Ambassadeur de France en Algérie

Paraphe de l’accord de paix et de réconciliation au Mali
Dimanche 1er mars 2015, Hôtel Aurassi

JPEG

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères de la République algérienne démocratique et populaire,
Messieurs les membres des organisations internationales, régionales et des pays membres de la médiation,
Monsieur le ministre des Affaires étrangères du Mali,
Messieurs les Ministres,
Messieurs les Représentants spéciaux,
Chers amis maliens,
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,
Chers amis,

Vous pouvez être fiers du travail accompli.

L’accord qui a été trouvé sur le texte que des parties ont paraphé aujourd’hui et dont nous souhaitons que toutes le signent prochainement au Mali est un accord historique : il marque, de manière immédiate, l’aboutissement heureux de négociations qui ont commencé il y a sept mois, ici même à Alger.

Je souhaite au nom des plus hautes autorités françaises saluer l’engagement, la ténacité et l’efficacité de la médiation algérienne, qui n’a pas ménagé ses efforts et qui a su, dès le début, gagner la confiance de tous les Maliens et fédérer les amis du Mali pour nous conduire là où nous sommes aujourd’hui.

Je souhaite aussi saluer le travail des membres de la facilitation internationale qui n’ont pas fait défaut tout au long des cinq cycles de négociations et qui aideront les parties à la pleine mise en œuvre de l’accord.

Cet accord marque aussi, après le coup d’arrêt porté aux entreprises des terroristes par l’opération Serval décidée par le Président de la République française François Hollande, après le retour à des autorités légitimes et démocratiquement élues, après la remise en route de l’économie malienne avec l’appui des partenaires du Mali, le plein retour à la normale, suite au coup d’Etat d’avril 2012, mais aussi le début d’une ère nouvelle. Je vous remercie, Monsieur le ministre des Affaires étrangères, d’avoir fait référence à l’action de la France dans cette phase.

Cet accord marque en effet, et c’est le plus important, l’identification commune - dans le cadre des institutions républicaines du Mali - des solutions qui doivent permettre à la population malienne de retrouver pleinement la paix, la stabilité, et de se consacrer à son développement. C’est la meilleure réponse collective qu’adressent tous ceux qui rejettent le terrorisme.

Il faut en féliciter l’ensemble des parties - le gouvernement, les groupes qui ont paraphé et qui vont parapher – tous ceux qui ont ainsi fait le choix de la paix, qui ont su faire les compromis nécessaires pour parvenir à cet accord et honorer les espoirs placés en eux.

Aujourd’hui, il convient de se réjouir de ce texte qui touche au vivre-ensemble, au développement, à la sécurité, à l’organisation du territoire. Demain, et dans les mois qui viennent, il faudra mettre en œuvre ce texte pour atteindre les ambitions, élevées, qu’il fixe. Il faudra à ceux qui ont paraphé ce texte comme à ceux qu’ils représentent de la patience et un engagement constant, pour que les promesses que cet accord ambitieux contient deviennent réalité. Au nom de mon gouvernement, je tiens à vous assurer que la France sera à vos côtés dans cette phase d’application.

publié le 18/03/2015

haut de la page