Algérie patriotique / Energie durable : trois villes algériennes s’engagent

22 mars 2015

Les villes de Boumerdès, Batna et Sidi Bel-Abbès entreprennent un programme d’économie d’énergie et de réduction de CO2 dans le cadre du projet « Promouvoir le développement des énergies durables dans les villes méditerranéennes » (CES-MED). Une initiative financée par l’Union européenne dont le but est d’assurer la formation et l’assistance technique aux autorités locales et nationales de la région sud de l’IEVP, afin de les aider à répondre plus activement aux défis des politiques durables. Dans cette optique, le conseil municipal de Boumerdès, une des trois communes partenaires de CES-MED en Algérie, a voté pour l’adhésion à la Convention des maires (CDM), un mouvement européen impliquant les autorités locales et régionales, qui s’engagent volontairement à accroître l’efficacité énergétique et l’utilisation des sources d’énergie renouvelable sur leur territoire. Par leur engagement, les signataires de la Convention visent à satisfaire et dépasser l’objectif de réduction d’émission de CO2 de 20% d’ici à 2020. Selon ses initiateurs, le projet CES-MED apporte son soutien aux villes engagées dans le programme pour s’assurer que les actions proposées concordent avec les objectifs de la Convention des maires : atteindre voire dépasser l’objectif européen de réduire de 20% les émissions de CO2 grâce à l’amélioration de l’efficacité énergétique et l’augmentation de l’utilisation des sources d’énergie renouvelable sur leurs territoires. Il est à rappeler que des études d’accompagnement pour l’élaboration de plans d’action pour l’énergie durable dans les trois wilayas du pays (Boumerdès, Batna, Sidi Bel-Abbès) ont été initiées par la partie européenne. Dans ce cadre, des groupes de travail chargés de collecter des données et de tracer les objectifs du programme annuel pour 2015 dans chacune des trois wilayas ont été constitués lors des ateliers de lancement de l’étude « Plan d’action pour l’énergie durable » tenus en décembre 2014 en collaboration l’Agence nationale de la promotion et de la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (Aprue).
Meriem Sassi

publié le 22/03/2015

haut de la page