3e Conférence algéro-française Enseignement supérieur / Recherche [ar]

« De la coopération bilatérale à l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche »

La troisième édition de la Conférence Algéro-Française de l’enseignement supérieur et la recherche se tient les lundi 20 et mardi 21 janvier au Centre de Recherche sur l’Information scientifique et technique (CERIST).

JPEG

Cette rencontre, ouverte le 20 janvier par Mme Geneviève FIORASO, Ministre française de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et par M. Mohamed MEBARKI, Ministre algérien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, est l’occasion d’un débat approfondi sur l’apport des programmes de coopération bilatérale en cours et sur leur rôle dans l’ouverture à l’internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

A la conférence sont attendus plusieurs présidents d’universités et d’écoles supérieures, près d’une centaine d’universitaires français mais aussi des représentants éminents de Campus France, de l’Agence universitaire de la francophonie, de la délégation interministérielle à la Méditerranée, de l’Association France Algérie et d’entreprises françaises.

PROGRAMME DE LA 3E CONFERENCE ALGERO-FRANÇAISE

Le système LMD (Licence, maîtrise, doctorat) : outil d’internationalisation et de modernisation de l’enseignement supérieur et de la recherche

Cette table-ronde sera consacrée à une réflexion et des échanges dans le contexte des bilans faits sur la mise en place du LMD en Algérie (2003-2013) et en France lors des Assises nationales.

Ouverture de l’Enseignement supérieur et recherche au monde de l’entreprise à travers l’amélioration de l’employabilité des jeunes diplômés

Initiatives de rapprochement de l’enseignement supérieur et du monde socio-économique. Expérience du programme PACEIM, du FSP 2008-24 (réforme des grandes écoles, filialisation) et projet d’Instituts Technologiques du FSP « compétences professionnelles supérieures ».

Recherche scientifique

Capitaliser sur les acquis des programmes de coopération de formation des enseignants chercheurs et chercheurs
Retour d’expérience et capitalisation sur le programme Tassili, Exemple du programme SPIRAL, MISTRALS.

Programmes européens ou transnationaux : internationalisation de l’enseignement supérieur et de la recherche - Perspectives Horizon 2020
Programmes communautaires : retour d’expériences de la partie algérienne, logique d’appels programmatiques transnationaux ou régionaux. Point sur le projet PAPS-ESRS.

QUELQUES ELEMENTS DE CONTEXTE…

La récente signature par les deux présidents de la République français et algérien en décembre 2012 d’un Document Cadre de Partenariat 2013-2017 définit les axes de la coopération franco-algérienne et traduit une volonté partagée de poursuivre et d’améliorer les collaborations dans tous les domaines mais particulièrement dans celui de l’enseignement supérieur et de la recherche, avec un accent particulier sur l’employabilité des jeunes.

Deux Programmes de fonds de solidarité prioritaires (FSP) visent à l’amélioration de l’employabilité du jeune diplômé et au renforcement du lien entre enseignement supérieur et le mode de l’entreprise :
- Le premier a accompagné la réforme des écoles nationales supérieures ainsi que la création d’écoles préparatoires et d’une école supérieure technologique. Ce programme est un succès tant pédagogique sur la formation des formateurs que sur la consolidation des liens entre écoles françaises et algériennes. Il sera pérennisé par la création d’un réseau mixte soutenu par le poste. Il a permis la transposition de la filière française Ingénieur Entreprendre.
- Le second (2012-2014), centré sur les compétences professionnelles supérieures, consiste dans la création de 4 sites pilotes d’Instituts technologiques à bac +3. Les formations technologiques, qui seront ouvertes aux étudiants à la rentrée 2014, seront menées en concertation avec les partenaires économiques locaux. Ce projet a été lancé lors de la visite présidentielle de décembre 2012.

Le budget de coopération que consacre la France au secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche en Algérie est l’un des tout premiers au monde à l’échelle du réseau diplomatique français. Les collaborations directes sont nombreuses. La France est le premier partenaire de l’Algérie en termes de publications (73,3% en 2008, devant les USA, 5.1% et l’Italie 4.5%) et de partenariats scientifiques. Ces dernières années ont été marquées par la montée en puissance de la programmation de la recherche à l’international et notamment au niveau euro-méditerranéen et régional. Par la mobilité étudiante et les liens qu’elle assure, la coopération bilatérale constitue le premier pas vers l’ouverture à l’international de l’enseignant-chercheur algérien.

publié le 03/03/2014

haut de la page